Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 23:36

Pussy Riot L'indulgence de Poutine suscite des réactions partagées

Le président russe a déclaré qu'il n'était pas favorable à un châtiment sévère pour les trois femmes du groupe punk qui avaient entonné une "prière punk" contre sa présidence en février. Sa réaction suscite diverses réactions.

Les trois chanteuses du groupe punk attendent leur jugement. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La clémence suggérée par Vladimir Poutine à l'égard des trois jeunes femmes du groupe de punk rock Pussy Riot jugées à Moscou pour une «prière» contre le président russe pourrait aussi bien être un signal positif que ne rien changer, a estimé vendredi la défense.

«Cela pourrait être un signal donné par le système sur la manière de se comporter au procès, après que la pression internationale s'est considérablement intensifiée», a déclaré l'un des avocats des Pussy Riot, Mark Feïguine.

«Nous considérons cela comme une déclaration politique», a-t-il ajouté, soulignant qu'il convenait maintenant d'observer comment la présidente du tribunal de Moscou qui juge les Pussy Riot allait réagir aux arguments de la défense.

Les trois jeunes femmes doivent répondre de «hooliganisme» et encourent jusqu'à sept ans de prison pour avoir chanté en février dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» anti-Poutine incluant des passages dénonçant le soutien de l'Eglise à l'Etat.

Poutine indulgent

Dans une première réaction jeudi à cette affaire, le président Poutine a estimé qu'il n'y avait «rien de bon» dans ce que les jeunes femmes avaient fait, mais s'est toutefois montré indulgent à leur égard. «Je ne pense pas qu'elles doivent être jugées trop sévèrement pour ce qu'elles ont fait», a déclaré M. Poutine en marge d'une visite aux jeux Olympiques de Londres.

Dans le meilleur des cas, a estimé l'avocat, les prévenues pourraient être libérées après une condamnation de cinq mois de prison qui couvrirait la période passée en détention provisoire. Cependant, alors que les débats se poursuivaient dans l'après-midi au tribunal, Mark Feïguine a déclaré que «rien n'avait changé», se plaignant que les droits de la défense «continuaient d'être violés».

Un autre avocat de la défense, Nikolaï Polozov, s'est montré très pessimiste après les déclarations du président russe: «Poutine a une nouvelle fois menti à tout le monde», a-t-il dit, affirmant que les huissiers d'audience empêchaient à des témoins cités par la défense d'entrer dans la salle d'audience. (afp/nxp)

(Créé: 02.08.2012, 23h29)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.