Mardi 30 août 2016 | Dernière mise à jour 11:06

Pakistan Treize morts dans une attaque des talibans

Un attentat suicide a eu lieu lundi au Pakistan. Il pourrait avoir été commis en guise de représailles contre la pendaison d'un policier.

L'attentat a eu lieu à Peshawar en pleine heure de pointe matinale.

L'attentat a eu lieu à Peshawar en pleine heure de pointe matinale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un kamikaze a attaqué lundi un tribunal du nord-ouest du Pakistan, tuant au moins treize personnes. Cet attentat a été revendiqué par des talibans qui affirment vouloir venger la pendaison la semaine dernière d'un islamiste condamné pour meurtre.

L'attentat suicide a touché des locaux des autorités judiciaires dans la ville de Shabqadar, en pleine heure de pointe matinale, au moment où avocats et justiciables convergeaient vers le complexe.

Sohail Khalid, un chef de la police du district de Charsadda où se trouve Shabqadar, a confirmé l'attentat, précisant que deux des morts étaient des policiers. «Selon les premiers récits, un kamikaze est entré dans le complexe, et un policier de faction a tenté de lui barrer le chemin, mais il a déclenché sa charge,» a-t-il déclaré.

Renforcement des «lois anti-islamiques»

Une faction des talibans pakistanais, Jamat-ul-Ahrar, a revendiqué l'attentat. Elle a assuré qu'il s'agissait de représailles après la pendaison de Mumtaz Qadri, un ancien policier considéré comme un héros dans certains cercles conservateurs pour avoir tué en 2011 un gouverneur favorable à une réforme de la loi controversée réprimant le blasphème.

Qadri a été pendu à l'aube lundi dernier, une décision considérée par certains experts comme un «moment décisif» pour le Pakistan, où les autorités sont régulièrement accusées de laxisme envers les extrémistes. Ses funérailles ont rassemblé jusqu'à 100'000 personnes.

Les talibans ont également souligné avoir visé le tribunal au moment où la justice pakistanaise renforce des «lois anti-islamiques», a indiqué un porte-parole du groupe, Ehsanullah Ehsan.

Selon le président du barreau local, Shair Qadir, les avocats avaient réclamé un renforcement de la sécurité après des menaces, mais rien n'a été fait. Il a déploré cette défaillance de la police.

Shabqadar est proche du district tribal de Mohmand, l'une des sept zones tribales semi-autonomes frontalières de l'Afghanistan, qui ont été des fiefs d'Al-Qaïda et des talibans. (ats/nxp)

(Créé: 07.03.2016, 14h09)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.