ACCUEIL 29.5.2016 Mis à jour à 20h40

Un cardinal peu intéressé par un cas de pédophilie

Vatican

Les propos du ministre de l'Economie du Vatican à une commission d'enquête ont choqué.

Mis à jour le 01.03.2016 3 Commentaires
Un manifestant protestait dans les rues de Sydney, alors que le cardinal australien George Pell était entendu par la justice itlienne en visioconférence. (Image - 1er mars 2016)

Un manifestant protestait dans les rues de Sydney, alors que le cardinal australien George Pell était entendu par la justice itlienne en visioconférence. (Image - 1er mars 2016)
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le cardinal australien George Pell, puissant «ministre» de l'Economie du Vatican, a assuré mardi qu'il bénéficiait du «soutien total» du pape François tout en avouant devant une commission d'enquête que les accusations de pédophilie portées contre un prêtre n'avaient pas pour lui «grand intérêt».

L'ancien chef de l'Eglise catholique en Australie, devenu argentier du Vatican en 2014, témoignait devant une commission d'enquête sur les crimes pédophiles en Australie.

En raison de ses problèmes cardiaques, l'ancien archevêque de Melbourne, puis de Sydney, âgé de 74 ans, dépose par visioconférence depuis un hôtel de Rome.

La commission d'enquête s'intéresse actuellement à la façon dont l'Eglise australienne a répondu à des accusations de pédophilie visant le clergé catholique, en particulier dans les années 1970, dans la ville de Ballarat (Etat de Victoria), où Mgr Pell a grandi.

L'Eglise a «failli»

Lundi, il avait reconnu que l'Eglise avait «failli» dans sa gestion des prêtres pédophiles.

«J'ai le soutien total du pape», a-t-il déclaré à la presse avant la deuxième journée d'audition.

La commission a abordé le cas de Gerald Ridsdale, prêtre pédophile australien multirécidiviste, condamné pour avoir agressé une cinquantaine de jeunes garçons entre 1960 et 1980.

Le cardinal Pell, qui vécut un temps dans la même maison que Ridsdale, a toujours nié avoir eu connaissance des tendances de l'ancien prêtre, l'avoir muté de paroisse en paroisse quand il était cardinal, ou avoir tenté d'acheter le silence de victimes du pédophile.

«Pas grand intérêt pour moi»

Les tendances pédophiles de l'ancien prêtre étaient-elles de notoriété publique au sein de l'Eglise, a demandé la commission.

Le cardinal Pell a expliqué qu'il n'en avait jamais eu connaissance.

«Je ne peux pas dire avoir jamais su que tout le monde savait», a-t-il déclaré. «Je ne savais pas si c'était de notoriété publique ou non. C'est une histoire triste qui n'avait pas grand intérêt pour moi».

Des exclamations incrédules ont accueilli ces propos dans la salle d'audience de Sydney et la commission a demandé au cardinal Pell de s'expliquer.

«La souffrance, bien sûr, était réelle et je le regrette beaucoup mais je n'avais aucune raison de me pencher sur l'étendue du mal perpétré par Ridsdale», a-t-il dit.

10 ans de pression

L'ancien évêque de Ballarat, Ronald Mulkearns, a reconnu qu'il était au courant d'accusations portées contre Ridsdale et l'avoir déplacé de paroisse en paroisse mais le cardinal Pell a toujours dit n'en avoir rien su, en dépit de son rôle de conseiller auprès de l'évêque à partir de 1977.

La commission d'enquête royale australienne sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels perpétrés sur les enfants a commencé ses travaux en avril 2013, après plus d'une décennie de pressions en faveur d'investigations sur des accusations de pédophilie dans les écoles, établissements religieux ou organismes sociaux. (afp/nxp)

Créé: 01.03.2016, 04h55

3

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

3 Commentaires

marc laurent

01.03.2016, 09:15 Heures

Comment peut-on continuer à confier ses enfants à de telles personnes ? Qui sont les pires dans ces cas là ,les parents mettant leur propres enfants comme proies expiatoires ou les criminels qui commettent de tels actes ? Ne parlons pas de ceux qui font tout pour minimiser ,voire nier ces mêmes actes . Pour ma part je ne crois plus depuis longtemps en de telles personnes,et vous ? Répondre


Valentine Bernard

01.03.2016, 11:33 Heures

Le catholicisme a été créé par les hommes. La bible n'interdit en aucun cas à un fidèle de se marier. L'homme en modifiant la parole a fait de sacrés ravages. Une honte pour ceux qui se cachent sous le prétexte de foi, et abusent d'enfants. Je suis contre le catholicisme et pourtant j'ai la foi. Mais pas en cette église Répondre



Sondage

Etes-vous choqué que Swisscom offre un traitement de faveur aux parlementaires?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?