ACCUEIL 31.7.2014 Mis à jour à 01h56

Un ministre accusé d'avoir vu Liliane Bettencourt

Polémique

L'avocat de Nicolas Sarkozy affirme que le ministre socialiste du travail Michel Sapin a rendu visite à l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt. Une accusation que l'intéressé dément fermement lundi.

Mis à jour le 18.06.2012
«Je n’ai jamais mis les pieds chez les Bettencourt», se défend lundi Michel Sapin.

«Je n’ai jamais mis les pieds chez les Bettencourt», se défend lundi Michel Sapin.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Le ministre du Travail français Michel Sapin a démenti dans un entretien publié lundi avoir rendu visite à Liliane et André Bettencourt, alors que l’avocat de l’ex président Nicolas Sarkozy a indiqué ce week-end avoir lu un témoignage accréditant une telle visite.

"Je n’ai jamais mis les pieds chez les Bettencourt. Je ne sais même pas où se trouve leur domicile", a déclaré le ministre au quotidien Le Parisien.

M. Sapin indique avoir vu lui aussi son nom cité dans un article du Monde (au mois de mai, ndlr), évoquant des propos de Pascal Bonnefoy, ancien majordome de l’octogénaire, évoquant des visites de personnalités comme l’ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy et M. Sapin, ministre des Finances entre avril 1992 et mars 1993.

M. Sapin explique qu’à l’époque, André Bettencourt, l’époux de Liliane Bettencourt, craignait une OPA de Nestlé sur l’Oréal. "Je l’ai vu une fois, au cours de l’année 1992, à la demande de Pierre Bérégovoy, l’entretien s’est déroulé à Bercy. C’est la seule fois que j’ai rencontré cet homme", dit-il.

Le ministre estime ainsi que le majordome a pu croire à une visite en voyant son nom noté dans l’agenda d’André Bettencourt au côté de celui de l’ex-Premier ministre et assure cependant qu’il n’a "jamais mis les pieds" chez l’époux de l’héritière de l’Oréal.

L’ex-trésorier de la campagne présidentielle de la socialiste Ségolène Royal en 2007 insiste aussi sur l’impossibilité de rendez-vous en 2007, année durant laquelle les Bettencourt auraient pu financer des campagnes politiques - un aspect qui donne également lieu à des investigations judiciaires - notamment dans le cadre de la présidentielle, car Pierre Bérégovoy était alors "mort depuis longtemps".

Au passage, M. Sapin écorne la possible coutume "des dons en liquide" de l’UMP. "A droite l’habitude d’avoir des donateurs correspond à une tradition ancienne", ajoute-t-il.

L’avocat de M. Sarkozy, Me Thierry Herzog, qui a envoyé spontanément au juge bordelais Jean-Michel Gentil l’agenda 2007 de son client, se demandait dimanche dans une interview au JDD qui a révélé cet envoi "quel serait d';ailleurs l'éventuel problème d'avoir rencontré André Bettencourt?" pour M. Sarkozy. Il ajoutait : "J'ai aussi lu que d'autres hommes politiques, comme Michel Sapin, par exemple, se seraient rendus chez les Bettencourt". (afp/Newsnet)

Créé: 18.06.2012, 12h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne