Dimanche 28 août 2016 | Dernière mise à jour 13:49

Gouvernement Un ministre égyptien démis pour blasphème

Ahmed el-Zind a été indirectement accusé d'insulter Mahomet lorsqu'il a invoqué le «prophète» dans une interview.

Image Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ministre égyptien de la justice a été démis de ses fonctions dimanche après avoir provoqué un tollé en affirmant qu'il serait prêt à emprisonner même «un prophète», a annoncé le bureau du premier ministre.

L'université d'Al-Azhar avait émis un avertissement.

Vendredi soir, Ahmed el-Zind avait répondu à un présentateur de télévision qui lui demandait s'il était prêt à faire emprisonner sept journalistes l'ayant diffamé: «Même s'il s'agissait d'un prophète, la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui», une révérence qui ne se réfère qu'au prophète Mahomet.

Polémique

La remarque du ministre a déclenché une campagne de protestation sur Twitter et Facebook. L'homme avait déjà défrayé la chronique dans le passé en appelant au meurtre de milliers d'opposants.

L'université d'Al-Azhar, la prestigieuse institution de l'islam sunnite basée au Caire, a émis un avertissement qui, certes, ne le cite pas nommément, mais exige de «respecter le nom du prophète dans les discours publics et les médias, et d'éviter toute insulte à son égard, même non intentionnelle». (ats/nxp)

(Créé: 14.03.2016, 03h40)

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.