Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:01

Syrie Une ONG dénonce un réseau de 27 centres de torture

Les services des renseignements syriens ont mis en place un réseau de 27 centres de torture, dit l’ONG Human Rights Watch dans un rapport publié mardi. Les détenus y sont battus, brûlés ou encore agressés sexuellement.

Selon un rapport d'une ONG humanitaire, 27 centres de torture seraient en place dans différentes villes syriennes.

Selon un rapport d'une ONG humanitaire, 27 centres de torture seraient en place dans différentes villes syriennes. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’organisation humanitaire, Human Rights Watch (HRW), précise que ces centres de torture sont répartis dans les régions de Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Idlib et Deraa, et sont utilisés depuis le début de la répression du soulèvement antigouvernemental, en mars 2011.

HRW détaille 21 méthodes utilisées: les détenus sont battus à coups de bâton ou de câble, brûlés à l’acide, leurs ongles sont arrachés. Elle y voit «une politique d’Etat de torture et de mauvais traitements, ce qui constitue un crime contre l’humanité».

Le rapport de l’ONG repose sur le recueil de plus de 200 témoignages de personnes affirmant avoir été torturées.

Humiliés et torturés

Un homme de 31 ans détenu dans la province d’Idlib, en juin, explique ainsi avoir dû se déshabiller. «Ils ont mis des agrafes dans mes doigts, sur ma poitrine et mes oreilles. Je n’avais le droit de les enlever que si je parlais».

«Ils ont utilisé deux câbles reliés à une batterie de voiture pour m’électrocuter. Ils ont tiré avec un pistolet électrique sur mes parties génitales à deux reprises. J’ai cru que je n’allais plus jamais revoir ma famille. Ils m’ont torturé ainsi à trois reprises en trois jours.»

Selon le rapport, des dizaines de milliers de personnes ont été détenues par les services de renseignements militaires, la police politique, les services généraux de renseignements et les services de renseignements de l’armée de l’air. Sanctions exigées HRW appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à porter le cas syrien devant la Cour pénale internationale (CPI) et à adopter des sanctions ciblées envers les responsables de ces abus.

Crimes contre l'humanité

L’ONG exhorte par ailleurs la Russie et la Chine à ne plus vendre d’armes à la Syrie, à ne plus «protéger le gouvernement syrien», et à adopter les sanctions envisagées par le Conseil de sécurité, ce que les deux pays ont, par deux fois, refusé de faire en utilisant leur droit de veto.

La Haut commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a réaffirmé lundi sa volonté de voir le cas syrien examiné par la CPI, en raison de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre susceptibles d’avoir été commis dans les deux camps.

Selon l’ONU, plus de 10’000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit, il y a près de seize mois.

«Il y a une nombreuse documentation sur des actes de torture, une des nombreuses et terribles violations des droits de l’homme commises en Syrie depuis 15 mois», a déclaré de son côté mardi un porte-parole des services de Navi Pillay.

Outre les révélations de HRW, il a cité les informations réunies le mois dernier par une mission d’enquête du Haut Commissariat lors d’entretiens avec des victimes ou des témoins dans les pays voisins de la Syrie et les constations faites par la commission internationale d’enquête présidée par Paulo Pinheiro. (ats/nxp)

(Créé: 03.07.2012, 16h38)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.