Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 14:10

ONU Une campagne contre la criminalité organisée

L'Organisation des Nations Unies (ONU) lance lundi une campagne internationale de «sensibilisation à la criminalité organisée, une économie qui brasse 870 milliards de dollars par an» (695 milliards d'euros).

La vidéo de 60 secondes de l'ONUDC.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour l'Office de l'ONU de lutte contre la drogue et le crime organisé ONUDC/UNODC), basé à Vienne, «la campagne souligne l'ampleur et l'étendue de la criminalité transnationale organisée: il s'agit d'une activité qui génère 870 milliards de dollars par an, soit plus de six fois le montant de l'aide officielle au développement, 1,5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial ou 7% des exportations mondiales de marchandises».

«La criminalité organisée n'épargne aucun pays, aucune région: elle profite des plus vulnérables par la menace ou la tricherie, souligne l'ONUDC. A titre d'exemple, «les victimes de la traite des personnes sont au nombre de 2,4 millions», ce qui génère des profits de 32 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros), et, «chaque année, 1,5 million de personnes sont victimes d'une usurpation d'identité».

Contrefaçon, aliments frelatés et trafic d'animaux

La contrefaçon (250 milliards de dollars, selon l'Organisation de Coopération et de Développement économiques, OCDE), les faux médicaments (1% des médicaments dans le monde, jusqu'à 30% dans des pays d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du Sud, d'après l'Organisation mondiale de la Santé, OMS), le trafic de drogue (320 milliards de dollars ou 255 milliards d'euros, en 2009, 85 milliards de dollars ou 68 milliards d'euros pour la seule cocaïne), le trafic du bois en Asie du Sud-Est (3,5 milliards de dollars ou 2,8 milliards d'euros) figurent également parmi les sujets traités.

De même que le trafic d'armes (de 170 à 320 millions de dollars ou de 135 à 255 millions d'euros) ou les aliments frelatés, qui, selon une étude de la Food Standards Agency britannique, représenteraient en Grande-Bretagne 10% des denrées alimentaires, ainsi, par exemple, un «saumon sauvage» sur sept serait en réalité un poisson d'élevage.

Sans oublier le trafic d'animaux sauvages, celui de matières premières rares ou la cybercriminalité. Pour cette campagne, «à destination du grand public», l'ONUDC a créé un site internet dédié: www.unodc.org/toc, qui «sera mis à jour régulièrement» et qui présente «différentes fiches d'information sur les aspects financiers et sociaux de la criminalité organisée, notamment sur la traite des personnes ou encore les contrefaçons».

L'ONUDC/UNODC a aussi mis en ligne deux vidéos de 60 et 30 secondes, qui doivent être diffusées par des chaînes de télévision internationales. Et la campagne est également sur Twitter (@unodc;#TOC), Facebook (facebook.com/unodc) et Google+ (plus.ly/unodc).

(afp/nxp)

(Créé: 16.07.2012, 07h36)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.