Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 09:06

Syrie Les USA ne croient pas à un rôle «positif» de l'Iran

La guerre en Syrie continue, malgré les différents plans élaborés au niveau international. Alors que Kofi Annan croit à un apport de l'Iran, le porte parole d'Obama en doute.

Kofi Annan a rencontré le chef négociateur du nucléaire d'Iran, Saeed Jalili, le 10 juillet pour discuter de la crise syrienne.

Kofi Annan a rencontré le chef négociateur du nucléaire d'Iran, Saeed Jalili, le 10 juillet pour discuter de la crise syrienne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Etats-Unis ont rejeté mardi l’idée selon laquelle l’Iran pourrait jouer un rôle «positif» dans la crise en Syrie, énoncée plus tôt par l’émissaire international Kofi Annan lors d’une visite à Téhéran.

«Je ne pense pas que quiconque puisse dire sérieusement que l’Iran a eu un effet positif sur les événements en Syrie», a lancé le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, face aux journalistes dans l’avion présidentiel Air Force One qui transportait le président en Iowa (centre).

Annan pour un rôle de l'Iran

Kofi Annan, en visite à Téhéran mardi pour y discuter de l’évolution du dossier syrien, a de nouveau souhaité que l’Iran soit associé à la recherche d’une solution, ce que les Occidentaux et l’opposition syrienne ont refusé jusqu’à présent en accusant Téhéran de soutenir militairement le régime de Damas dont il est le principal allié.

Un porte-parole du département d’Etat, Patrick Ventrell, a rappelé que «l’Iran devait mettre un terme à son comportement destructeur en Syrie et c’est bien sûr, nous l’espérons, une partie du message dont est porteur l’envoyé spécial» Kofi Annan.

Mais aux yeux de ce dernier, «il y a un risque de voir la crise syrienne échapper à tout contrôle et s’étendre à la région» et «l’Iran peut jouer un rôle positif», a-t-il réaffirmé lors d’un point de presse à Téhéran, précisant qu’il continuerait à «travailler» avec les dirigeants iraniens.

Nouveau plan

L’émissaire international avait dit lundi être convenu avec le président syrien Bachar al-Assad d’une «nouvelle approche» pour tenter de mettre fin aux violences, sans autre précision. Pour le porte-parole Carney, il faut que le plan initial de Annan soit appliqué. «Nous pensons qu’il est essentiel que la communauté internationale soutienne le plan, que ce plan soit appliqué, et que la transition (...) se déroule sans le président Assad», a-t-il dit.

«Nous sommes toujours très sceptiques quant à la volonté d’Assad de tenir ses engagements», a-t-il souligné, prévenant que «s’aligner derrière Bachar al-Assad revient à s’aligner derrière un tyran et placer votre pays du mauvais côté». (afp/nxp)

(Créé: 10.07.2012, 23h42)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.