ACCUEIL 18.4.2014 Mis à jour à 23h08

Les combats continuent de faire rage

Syrie

Des combats faisaient rage vendredi près du principal aéroport militaire de Damas alors que des quartiers insurgés d'Alep, deuxième ville de Syrie et enjeu crucial du conflit, étaient pilonnés par l'armée syrienne.

Mis à jour le 17.08.2012 1 Commentaire
La bataille continue à Alep.

La bataille continue à Alep.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Ces violences ayant fait au moins 21 morts selon une organisation syrienne se déroulaient au lendemain de l'annonce par le Conseil de sécurité de la fin de la mission des observateurs de l'ONU en Syrie, qui étaient chargés depuis avril de surveiller un cessez-le-feu qui n'a jamais été appliqué.

En visite en Turquie, dernière étape d'une tournée l'ayant conduit en Jordanie et au Liban, pays voisins de la Syrie, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a haussé le ton en affirmant que le régime syrien devait «être abattu et rapidement».

Comme tous les vendredis depuis le début de la révolte il y a 17 mois, des manifestations ont été organisées, malgré la répression, un peu partout en Syrie sous le slogan «avec une Armée syrienne libre (ASL) unie, la victoire est assurée», en référence aux insurgés qui combattent les troupes du régime.

Dans la ville d'Idleb, les forces de l'ordre ont encerclé les mosquées pour empêcher les fidèles de défiler dans la rue, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Et dans les provinces d'Alep (nord), en grande partie sous contrôle rebelle, et de Deraa (sud), foyer de la révolte, des «manifestations massives» ont eu lieu pour réclamer le départ du président Bachar al-Assad, selon l'OSDH qui tire ses informations d'un réseau de militants et de témoins.

Plusieurs quartiers bombardés

Sur le front militaire, des combats ont éclaté près de l'aéroport militaire de Mazzé, dans la banlieue ouest de Damas, preuve d'une résistance rebelle dans la capitale malgré les nombreux communiqués des autorités assurant que la ville avait été «nettoyée des terroristes».

Plusieurs quartiers du sud de Damas ont également été bombardés par l'armée, selon l'OSDH qui rapporte par ailleurs des accrochages sur l'autoroute reliant la capitale à la ville de Deraa (sud), près de la frontière jordanienne.

A Alep, insurgés et forces armées se livraient toujours bataille pour le contrôle de cette ville stratégique située à 355 km au nord de Damas, en proie à des combats depuis près d'un mois.

Plusieurs quartiers où les rebelles sont retranchés étaient bombardés tandis que des combats se déroulaient dans d'autres secteurs de la métropole, forçant les civils à se réfugier dans des abris ou à fuir, selon l'OSDH.

Ces combats font également courir des risques aux travailleurs humanitaires qui, pour cette raison, peinent à octroyer une aide médicale aux civils, selon la Croix-Rouge britannique. Par ailleurs, les corps de 65 personnes non identifiées ont été retrouvés à Qatana, à 20 km au sud-ouest de Damas, selon l'OSDH.

23'000 morts en 17 mois

Signe de l'impuissance de la communauté internationale face aux violences qui ont fait en Syrie plus de 23'000 morts en 17 mois selon l'OSDH, la mission de supervision des Nations unies en Syrie (Misnus) se terminera «dimanche à minuit».

Selon l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud, il y a toutefois «une volonté consensuelle» du Conseil de maintenir une présence de l'ONU à Damas sous forme d'un bureau de liaison.

Après cette décision, l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a annoncé qu'une rencontre du groupe d'action international sur la Syrie se tiendrait vendredi. Moscou veut que les grandes puissances, divisées sur la question d'un départ de Bachar al-Assad, lancent avec l'Arabie saoudite, l'un des principaux soutiens rebelles, et l'Iran, principal allié régional de Damas, un appel aux belligérants pour qu'ils mettent «fin à la violence le plus tôt possible».

62'000 réfugiés syriens en Turquie

Téhéran a pour sa part annoncé avoir accepté une proposition du président égyptien Mohamed Morsi pour la création d'un groupe de contact sur la Syrie avec l'Egypte, l'Iran, l'Arabie saoudite et la Turquie.

Concernant le dossier des réfugiés, plus de 2'000 Syriens, dont un général, ont fui jeudi la Syrie pour la Turquie à la suite d'un raid aérien de l'armée sur le bastion rebelle d'Azaz (nord), a déclaré un diplomate turc, portant à 62'000 le nombre total des réfugiés syriens en Turquie.

Près de 200'000 Syriens se sont par ailleurs réfugiés en Jordanie et au Liban, pays à l'équilibre confessionnel fragile qui connaît un regain de tensions en raison du conflit syrien. De son côté, le Programme alimentaire mondial (PAM) s'est fixé comme objectif de nourrir environ un million de personnes d'ici à fin septembre en Syrie. (afp/Newsnet)

Créé: 17.08.2012, 16h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Fritz Moser

17.08.2012, 17:04 Heures
Signaler un abus

Ce qui se passe en Syrie est un détail ! Ce qui m'inquiète c'est ce Pitbull abattu à New-York par des policiers pour sauver son maître pris d'un malaise. Et bin ça c'est tragique, un chien qui agonise. Triste monde ... Répondre