ACCUEIL 23.11.2014 Mis à jour à 09h12

Solar Impulse atterrit à Rabat

Avion solaire

En route pour la Suisse, l'avion Solar Impulse est arrivé vendredi soir à Rabat, au Maroc, en provenance de Ouarzazate.

Mis à jour le 30.06.2012 4 Commentaires

1/5 Le vol de 14 heures et 49 minutes sans une goutte de carburant.
Jean Revillard / Solar Impulse

   

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Le pilote André Borschberg était aux commandes de l'appareil solaire expérimental. "Magnifique, très beau vol", a lancé M. Borschberg à sa descente d'avion, à l'issue d'un vol de 14 heures et 49 minutes sans une goutte de carburant.

L'avion avait décollé à 8h33 (heure suisse) de Ouarzazate, dans le sud du pays, et a atterri dans la capitale marocaine à 23h22 (heure suisse) sous les applaudissements de l'équipe du prototype et de responsables marocains.

Solar Impulse, premier avion du genre à effectuer un vol intercontinental, était parti le 24 mai de Payerne (VD). Il avait atterri le 5 juin à Rabat, après une escale à Madrid et avait gagné le 22 juin Ouarzazate, site choisi pour abriter la plus grande centrale solaire du monde, dotée d'une capacité de 500 MW à l'horizon 2015.

Itinéraire différent

L'avion propulsé à l'énergie solaire a emprunté un itinéraire différent qu'à l'aller. Après avoir survolé vendredi matin les montagnes de l'Atlas à 3600 mètres d'altitude, le prototype s'est dirigé vers Marrakesh et a ensuite obliqué vers Rabat.

Bertrand Piccard reprendra les manettes de Solar Impulse pour gagner Madrid. Les raisons de cette alternance sont liées à des questions de sécurité. N'effectuant pas deux vols de suite, les deux hommes ont le temps de se reposer, a expliqué une porte-parole.

Ce procédé a également un objectif d'entraînement, puisque les deux pilotes auront ainsi pu atterrir dans chacun des aéroports, a-t-elle ajouté. M. Piccard ayant atterri à Rabat à l'aller, c'était donc au tour de M. Borschberg de s'essayer à cette piste au retour.

Tour du monde en 2014

Solar Impulse, un projet initié par Bertrand Piccard, a dû s'y prendre à deux fois avant de réussir son vol Rabat-Ouarzazate. Le 13 juin dernier, l'appareil avait dû faire demi-tour en raison de forts vents contraires qui lui faisaient faire du sur place.

L'appareil ne devrait rester à Rabat que le temps d'effectuer les contrôles techniques nécessaires. Comme à l'aller, il devrait regagner la Suisse en faisant étape à Madrid. Il est parti fin mai de Payerne pour son premier vol intercontinental. Un tour du monde est prévu en 2014.

Très fragile, cet oiseau des airs en fibre de carbone - qui a le poids d'une petite berline et l'envergure d'un Airbus - est mû par quatre moteurs électriques, d'une puissance de 10 chevaux chacun, alimentés par 12'000 cellules photoélectriques couvrant son immense aile. (ats/afp/Newsnet)

Créé: 30.06.2012, 07h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Armatura Dacier

30.06.2012, 10:22 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Ouarzazate: Une idée du Club de Rome. Coût initial 440 millions$, actuel 1.25 milliards$. Le kWh solaire coûtera 2x plus que le fossile, la différence sera subsidiée par un prêt international à rembourser. Pour financer le projet le Maroc a augmenté les prix des carburants. Résultat les prix de la nourriture ont augmenté de 20% cause transport et la population grogne devant les privations. Répondre