ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 12h16

Deux ex de Credit Suisse plaident coupables

Subprime

Manipulation comptable visant à cacher les problèmes de leur entreprise sur le marché des prêts immobiliers à risque. C'est ce qu'ont plaidé mercredi aux Etats-Unis deux anciens cadres dirigeants de Credit Suisse.

Mis à jour le 02.02.2012
David Higgs, un des deux anciens cadres dirigeants.

David Higgs, un des deux anciens cadres dirigeants.
Image: Keystone

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text]

Deux ex-cadres dirigeants de Credit Suisse aux Etats-Unis risquent cinq ans de prison et 250'000 dollars (228'000 francs) d'amende.

David Higgs, un Britannique de 42 ans qui s'est rendu aux autorités américaines, et son ancien subordonné Salmaan Siddiqui, un Américain de 36 ans, ont été inculpés à New York, a indiqué le département de la Justice.

Un troisième ancien cadre dirigeant de Credit Suisse a été inculpé: Kareem Serageldin, un Américano-Britannique de 38 ans qui vit en Grande-Bretagne. Il n'est pas aux mains de la justice américaine, mais encourt les mêmes peines.

Les trois hommes ont été licenciés par la banque helvétique en 2008 après la découverte de la fraude, qui consistait à «gonfler les prix d'obligations adossées à des actifs, dont des titres adossés à des crédit hypothécaires résidentiels subprime» afin de «créer un faux-semblant de profits». Ils avaient été récompensés par des primes pour l'exercice 2007, avant d'être démasqués.

Poursuites au civil

Cette fraude avait poussé Credit Suisse, en mars 2008, à déprécier la valeur ses actifs dans ce marché de 2,65 milliards de dollars. L'action de la banque avait dévissé de 11% à la Bourse de Zurich le jour de cette révélation.

Ils sont aussi visés par des poursuites au civil de la part du régulateur des marchés financiers, la SEC, avec un autre ancien collègue, Faisal Siddiqui (sans parenté avec l'autre Siddiqui), 36 ans.

«Au moment où le marché immobilier était en chute libre, et où les réverbérations se faisaient ressentir dans toute l'économie, ces prévenus ont décidé qu'ils étaient au dessus des règles du marché et de la loi», a dénoncé le procureur qui les poursuit, Preet Bharara, cité dans le communiqué.

(ats/Newsnet)

Créé: 02.02.2012, 07h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment