Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 21:58

Colombie Les FARC capturent un journaliste français

Un journaliste français, embarqué avec une patrouille militaire a été porté disparu samedi après une attaque de la guérilla des FARC.

Depuis le début de l'année, les FARC ont proposé d'ouvrir des négociations et libéré les derniers policiers et militaires qu'elles retenaient en otage.

Depuis le début de l'année, les FARC ont proposé d'ouvrir des négociations et libéré les derniers policiers et militaires qu'elles retenaient en otage. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a indiqué dimanche que le journaliste français disparu samedi en Colombie après une attaque des Farc "a été fait prisonnier". L'opération a fait au moins quatre mort dans le sud du pays.

"Le centre de crise (du ministère des Affaires étrangères, ndlr) est mobilisé, on est en liaison avec les autorités colombiennes", a ajouté M. Juppé en marge d'un meeting de l'UMP à Lyon. Il a précisé qu'il ne disposait pas d'autres informations.

Roméo Langlois, correspondant de la chaîne d'information France 24 en Colombie, accompagnait une brigade de l'armée qui réalisait une opération anti-drogue dans le département de Caqueta lors de cette offensive menée par les rebelles marxistes des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Spécialiste des FARC

Spécialiste des FARC, Roméo Langlois, âgé d'une trentaine d'années, exerçait depuis environ dix ans en Colombie et plus particulièrement, ces six dernières années, pour le compte de France 24, a-t-on indiqué auprès de la chaîne à Paris.

Le journaliste suivait une patrouille de l'armée dans le cadre d'un reportage sur la lutte contre le trafic de drogue et l'activité minière illégale dans ce pays latino-américain, selon des médias colombiens.

Quatre membres des forces de l'ordre, trois militaires et un policier, ont été tués par la guérilla lors de cette offensive qui s'est déroulée dans la localité de la Union Peneya, a annoncé une source militaire. Quatre soldats ont également été blessés lors des combats. Cinq militaires, portés disparus dans un premier temps ont été retrouvés, a indiqué plus tard une source du ministère de la Défense. Deux d'entre eux sont blessés et trois sains et saufs.

Cinq laboratoires démantelés

Le ministre colombien de la Défense Juan Carlos Pinzon s'est rendu avec des responsables de l'armée dans la zone où se sont déroulés les combats. Cette opération anti-drogue de l'armée colombienne a permis de démanteler cinq laboratoires de fabrication de cocaïne, doté d'une capacité de production de deux tonnes par semaine, ainsi que la saisie de 400 kilos de pâte de coca.

Dans un premier temps, des médias colombiens avaient fait état de quinze militaires tués. Fondée en 1964, la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), la principale du pays, compte encore 9000 combattants, essentiellement repliés dans les régions de montagne et de forêt.

Depuis le début de l'année, les FARC ont proposé d'ouvrir des négociations et libéré les derniers policiers et militaires qu'elles retenaient en otage après avoir renoncé officiellement aux enlèvements contre rançon. Mais guérilla et gouvernement s'opposent régulièrement sur les modalités d'un dialogue.

(ats/afp/nxp)

(Créé: 29.04.2012, 10h20)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.