ACCUEIL 20.4.2014 Mis à jour à 07h18

Les républicains lâchent le ministre de la justice

Etats-Unis

La Chambre des représentants, dominée par les républicains, a voté la défiance jeudi à l’encontre du ministre américain de la Justice. Obama dénonce une réaction à l'acceptation de son «Obamacare».

Mis à jour le 29.06.2012
Plusieurs élus de la minorité démocrate (ici en photo) avaient quitté la séance avant le vote afin de protester contre la procédure engagée par les républicains.

Plusieurs élus de la minorité démocrate (ici en photo) avaient quitté la séance avant le vote afin de protester contre la procédure engagée par les républicains.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

La Chambre des représentants, dominée par les républicains, a voté la défiance jeudi à l’encontre du ministre américain de la Justice- Eric Holder, accusé d’outrage au Congrès dans l’enquête sur un scandale de trafic d’armes, une première dans l’histoire des Etats-Unis.

Quelques heures après une décision tout aussi historique à la Cour suprême des Etats-Unis, qui a validé la réforme majeure de Barack Obama sur l’assurance-maladie, la chambre basse du parlement a voté sa défiance à Eric Holder, ouvrant la voie à des poursuites judiciaires. La Maison Blanche a aussitôt condamné un "coup politique évident".

La Chambre dénonce l’"outrage au Congrès" de Eric Holder, qui a refusé de remettre un certain nombre de documents relatifs à une enquête parlementaire sur une opération des services américains de lutte contre la contrebande, qui avait tourné au fiasco en 2009 au Mexique.

La Chambre a adopté une résolution par 255 voix contre 67, des dizaines de démocrates ayant refusé de participer au scrutin.

«Les Américains méritent mieux»

Plusieurs élus de la minorité démocrate avaient quitté la séance avant le vote afin de protester contre la procédure engagée par les républicains selon eux à des fins uniquement politiciennes pour discréditer Barack Obama à quelques mois de la présidentielle.

"Le vote d’aujourd’hui peut être un excellent théâtre politique dans l’esprit de certains mais il cause du tort aux Américains. Ils attendent et méritent mieux", a déclaré Eric Holder, en réaction au vote.

"C’est tragique et c’est aussi irresponsable, le problème de la drogue et des armes traversant cette frontière est bien réel et constitue une menace pour la sécurité publique", a ajouté le ministre désavoué.

Parlant d’un vote "inutile et gratuit", Eric Holder a dit "avoir agi" et "ordonné une enquête indépendante" dès que l’opération ratée, baptisée "Fast and Furious", a été connue.

"En tant que ministre de la Justice, je ne recherche pas ce qui est politiquement opportun (...) je recherche la justice", s’est-il défendu, "et je ne laisserai pas la politique et les stratagèmes électoraux barrer le chemin du progrès".

Une première

C’est la première fois qu’un ministre de la Justice en exercice fait l’objet d’un tel vote de défiance. Ce vote de la Chambre ouvre la voie à une possible action judiciaire. Désormais, le procureur de Washington, employé du ministère de la Justice, sera amené à décider s’il inculpe ou non son propre patron.

Dans une intervention sans précédent sous son mandat, mais utilisée par ses prédécesseurs, Barack Obama avait pourtant invoqué "le privilège de l’exécutif" pour justifier la position du ministre, qui refuse de remettre les documents demandés au Congrès.

"Les républicains poussent au théâtre politique plutôt qu’à une supervision légitime (menée par le) Congrès", a déclaré Dan Pfeiffer, porte-parole de la Maison Blanche, dans un communiqué.

La commission de la Chambre chargée de superviser les activités du gouvernement, qui mène depuis février 2011 une enquête sur l’opération reprochée à Eric Holder, avait déjà voté la défiance à l’encontre du ministre la semaine dernière.

Perte de 2000 armes

L’opération "Fast and Furious" avait abouti, selon un rapport parlementaire, à la perte des quelque 2000 armes que l’Agence fédérale sur l’alcool, le tabac et les armes (ATF), avait fait passer en contrebande au Mexique avec l’objectif de piéger des membres de cartels mexicains en suivant ces armes à la trace.

Selon ce même rapport, au moins 122 de ces armes avaient finalement été utilisées pour perpétrer des crimes au Mexique, et deux avaient été retrouvées sur la scène du meurtre d’un garde-frontière américain en Arizona (sud-ouest). (afp/Newsnet)

Créé: 29.06.2012, 07h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment