Jeudi 8 décembre 2016 | Dernière mise à jour 06:25

Présidentielle américaine Obama accuse Romney de délaisser la classe moyenne

En campagne dans l'Iowa, le président sortant a attaqué le programme de son adversaire, le jugeant éloigné de la volonté de créer des emplois.

Obama à Cedar Rapids (Iowa) prenant une glace et un bain de foule, voulant se montrer proche des «cols bleus».

Obama à Cedar Rapids (Iowa) prenant une glace et un bain de foule, voulant se montrer proche des «cols bleus». Image: AFP

Romney contre-attaque

L'adversaire républicain, Mitt Romney, a assuré ne «rien cacher» aux impôts, en réponse aux attaques du camp démocrate lui reprochant de rester discret sur certains comptes qu'il détiendrait à l'étranger.

«Je ne m’en occupe pas moi-même. Je ne sais même pas où ils se trouvent», a avoué le candidat dans un entretien enregistré lundi mais diffusé mardi, au moment où Barack Obama l’incite à faire la clarté sur ses feuilles d’impôts.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président Barack Obama a accusé mardi son adversaire républicain Mitt Romney de ne pas avoir de plan pour renforcer la classe moyenne américaine, contrairement à lui, en affichant sa proximité avec les «cols bleus» dans l’Etat-clé de l’Iowa (centre).

Face à quelque 1600 personnes rassemblées à Cedar Rapids, au cœur de cet État rural en grande majorité peuplé de Blancs, le dirigeant démocrate sortant a affirmé que d’ici à la présidentielle du 6 novembre, «vous verrez les autres dépenser plus d’argent que jamais auparavant» pour convaincre les électeurs.

Baisse d'impôt pour les riches

Les républicains, partisans d’une baisse des impôts pour les plus riches, «savent que leur théorie économique ne se vendra pas bien, donc tout ce qu’ils peuvent dire est que le chômage est toujours trop élevé, que les gens ont toujours du mal à joindre les deux bouts, et que c’est la faute d’Obama», a ajouté le président.

«C’est peut-être un plan pour gagner une élection, mais ce n’est pas un plan pour créer des emplois. Et ce n’est certainement pas un plan pour faire croître notre économie, ce n’est pas un plan pour renforcer la classe moyenne, ils n’ont pas un tel plan. J’en ai un», a lancé Obama, qui défend l’idée de laisser expirer à la fin de l’année les cadeaux fiscaux consentis aux plus riches, hérités de son prédécesseur républicain George W. Bush.

«Vous m'avez donné espoir»

Obama a aussi fait référence au fait que Romney, pour le deuxième mois consécutif, l’a largement battu au jeu des levées de fonds de campagne en juin. «Nous avons déjà rassemblé moins d’argent que nos adversaires, on nous a déjà passé par pertes et profits, mais lors de toutes mes campagnes, c’est vous qui m’avez donné espoir», a-t-il dit, en rendant hommage à la capacité des Américains à «détecter la vérité».

Le président, soucieux d’afficher sa proximité avec les «cols bleus» sur les votes desquels il compte pour s’assurer un second mandat, avait auparavant rendu visite à une famille de Cedar Rapids ayant selon son équipe bénéficié des réductions d’impôts appliquées depuis son arrivée au pouvoir début 2009. (afp/nxp)

(Créé: 10.07.2012, 22h48)

Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde