Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 17:15

Brooklyn Une distillerie de whisky prospère 70 ans après la prohibition

Le bâtiment de l'East River ne paye pas de mine, mais c'est là, dans une ambiance très années 30, que prospère depuis deux ans et demi à Brooklyn la première distillerie de whisky installée à New York depuis la Prohibition, projet un peu fou de deux copains passionnés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une forte odeur d'alcool et de fermentation prend au nez dès que l'on s'approche du bâtiment en briques rouges, à l'entrée de l'ancien chantier naval (Navy Yard) de New York.

C'est là qu'est installée la King's County Distillery, la première distillerie installée à New York depuis la fin de la Prohibition, en 1933. Et la plus ancienne aussi, du haut de ses... deux ans et demi d'existence.

Colin Spoelman, le cofondateur, en fait volontiers la visite guidée, jetant de temps à autre un regard complice à son ami de l'université de Yale, David Haskell, comme lui dans la trentaine.

A l'intérieur, quatre alambics argentés ronronnent en laissant doucement couler un nectar transparent dans des pichets posés à même le sol. De l'autre côté de la pièce, quelques personnes emballent dans des cartons de petites fioles ambrées sous un drapeau américain maculé.

L'histoire de la distillerie est pour les deux camarades une grande fierté.

"J'ai grandi dans le Kentucky, un État célèbre pour son bourbon, mais où la Prohibition n'a jamais véritablement été abrogée", explique Colin Spoelman. Originaire d'un "dry county", un comté où il est interdit d'acheter ou de vendre de l'alcool, le jeune homme a rapidement développé une passion pour la production "maison". Il ne tarde pas à acheter un alambic et l'emmène avec lui à New York en 2007.

"Tout le monde était fasciné. Nous nous sommes dits: les New-Yorkais adorent cette boisson, pourtant personne n'en fabrique. Voilà qui est étrange!", se souvient David Haskell.

Leur décision est prise. Les deux amis passent six mois à faire des recherches et des expériences dans leur appartement. Ils finissent par élaborer une recette, à l'ancienne. "C'est une recette similaire à celle qui était utilisée dans la distillerie de George Washington à Mount Vernon", la résidence du premier président américain, près de Washington, assure David.

La seule chose qui leur manque est une licence pour produire de l'alcool. Ils arrivent au bon moment : New York cherche justement à assouplir ses vieilles lois sur les spiritueux et à encourager la création de distilleries. Les deux amis saisissent l'occasion et obtiennent leur licence en avril 2010.

Les débuts sont modestes : ils se contentent d'installer de petits alambics dans leur studio new-yorkais. Ce n'est qu'un an plus tard que le Navy Yard leur propose de louer une bâtisse vieille de 113 ans, qu'ils occupent aujourd'hui.

"C'est l'ancien bureau comptable du Navy Yard, l'endroit où les employés venaient chercher leur paye. Puis, il a abrité une manufacture de suaires pour la communauté juive orthodoxe. Maintenant, on y fabrique du whisky!", s'amuse Colin Spoelman.

Aujourd'hui, la distillerie produit 6 gallons (23 litres) de whisky par jour et emploie 12 personnes à temps partiel. Un résultat prometteur. Désormais, il n'est pas rare de trouver du bourbon de la King's County Distillery dans les bars et restaurants de New York, et bientôt de l’État voisin du New Jersey.

Tous les samedis, les curieux se pressent pour visiter la distillerie, aux allures de petit musée, et participer aux dégustations de "moonshine", un whisky qui n'est pas vieilli en fûts et dont le nom --"clair de Lune"-- renvoie à l'époque où la production d'alcool se faisait illégalement la nuit .

"On fonctionne 7 jours sur 7, de 09H00 à minuit. On commence aussi à faire des expériences", explique depuis son "bureau" --une salle remplie de tonneaux de bourbon-- Nicole Austin, une jeune chimiste venue prêter main forte à Colin et David.

Leur dernière trouvaille: un whisky parfumé au chocolat! (afp/Le Matin)

(Créé: 30.09.2012, 11h44)

Sondage

Offrir une prime aux employés qui ne sont jamais malades vous semble-t-il correct?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.