Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:00

Santé Zika aurait un lien avec des microcéphalies

Selon L'OMS, une «accumulation d'indices» associerait aussi le virus avec une hausse des cas de syndrome de Guillain-Barré.

Une jeune femme de 18 ans tient dans ses bras son fils de 19 jours atteint de microcéphalie.

Une jeune femme de 18 ans tient dans ses bras son fils de 19 jours atteint de microcéphalie. Image: Ricardo Moraes/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'estime toujours pas que le virus Zika a provoqué la hausse des microcéphalies et des cas de syndrome de Guillain-Barré. Mais elle a évoqué vendredi à Genève une «accumulation croissante d'indices» d'un lien.

Il faudra encore attendre plusieurs mois avant d'avoir des preuves, a indiqué devant la presse le directeur général adjoint de l'OMS, Bruce Aylward. Le virus a été isolé sur des corps d'enfants décédés de microcéphalie, une malformation congénitale. Zika a continué ces dernières semaines à se répandre, notamment en Colombie.

28 pays touchés en Amérique

Au total, 36 pays sont touchés dans quatre des six régions de l'OMS, dont 28 sur le continent américain, cinq dans le Pacifique Ouest, deux en Asie du sud-est et un en Afrique. «Nous sommes encore dans une situation évolutive», a déclaré Bruce Aylward.

La hausse des cas de microcéphalies a été observée au Brésil et en Polynésie française. Et le syndrome de Guillain-Barré a augmenté dans huit pays. Bruce Alyward doit se rendre la semaine prochaine au Brésil avec la directrice générale de l'OMS Margaret Chan.

Dons du sang évoqués

Le don du sang dans les régions infectées par Zika doit pouvoir être assuré. L'OMS a toutefois recommandé vendredi des restrictions pendant 28 jours après la fin des symptômes d'une infection ou d'une maladie liée à au virus.

Il en va de même pendant trois mois pour les partenaires sexuels d'hommes atteints d'une infection confirmée ou présumée. Les échantillons de dons du sang doivent être testés. Une technologie de réduction pathogène des composants du sang doit être mise en œuvre. Et une quarantaine d'une à deux semaines doit être garantie pour les composants.

L'OMS a aussi réitéré sa recommandation de restriction de don du sang pour les personnes pendant 28 jours après leur retour d'un pays infecté. La Suisse a récemment décidé d'un délai de quatre semaines. Plusieurs pays ont également recommandé une telle mesure. (ats/nxp)

(Créé: 19.02.2016, 15h50)

Sondage

L'école doit-elle privilégier la langue maternelle des élèves à une des autres langues nationales?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.