Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 04:34

Drogues douces Un débat sur le cannabis agite l'Amérique latine

Le projet du gouvernement uruguayen de légaliser le commerce du cannabis provoque la polémique sur le continent sud-américain.

A l’été 2011, un groupe d’étude a suggéré de «mettre fin à la criminalisation» des consommateurs.

A l’été 2011, un groupe d’étude a suggéré de «mettre fin à la criminalisation» des consommateurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’Uruguay est pionnier en Amérique latine en lançant un projet de loi sur la légalisation du cannabis. Le continent a lancé une guerre frontale il y a une quarantaine d’années contre la drogue.

Mercredi, les autorités uruguayennes ont fait part de leur intention de soumettre au Parlement une loi prévoyant notamment la production et la distribution du cannabis «sous contrôle exclusif» de l’Etat. Le but est de tenter de détourner les consommateurs de la pâte-base de cocaïne, drogue bon marché aux effets dévastateurs.

La première réaction est parvenue du Guatemala, où le président Otto Perez, un général de droite à la retraite récemment entré en fonctions, avait proposé en début d’année de légaliser les drogues pour lutter contre la violence qui ravage l’Amérique centrale. Il s’était vu alors opposer un refus catégorique des Etats-Unis.

La proposition uruguayenne découle de «50 ans d’échec du combat contre le narcotrafic», a jugé le porte-parole du président Perez, Francisco Cuevas. «Les pays doivent chercher de nouvelles voies pour combattre le narcotrafic d’une façon plus efficace et réduire la violence que provoquent les organisations criminelles», a-t-il répété.

«Dans le respect de la décision de chaque pays, l’Amérique latine doit chercher ces nouvelles voies», a ajouté M. Cuevas, dont le pays, avec le Mexique et le Honduras, voit transiter 90% de la drogue consommée aux Etats-Unis.

Décision «unilatérale»

Le président colombien, Juan Manuel Santos, a lui critiqué une décision «unilatérale» et appelé à «une approche commune». «Si un pays légalise et un autre pays maintient une interdiction totale, cela génère des distorsions qui souvent aboutissent à aggraver le problème», estimé le président du principal pays exportateur de cocaïne au monde.

Le ministre vénézuélien de l’Intérieur, Tareck El Aissami, s’est également montré circonspect, évoquant «un piège», avant de suggérer d’investir plutôt sur la prévention. «Ca ressemble à une mesure défensive et non préventive», a-t-il déclaré.

Du Brésil, où il assiste au sommet Rio+20, le président uruguayen Jose Mujica a défendu jeudi sa proposition en estimant que «quelqu’un doit commencer en Amérique du Sud». «Quelqu’un doit être le premier, parce que nous sommes en train de perdre la bataille contre les drogues et la criminalité sur le continent», a indiqué M. Mujica au journal «O Globo».

«Nous devons chercher un autre chemin» que la prohibition et la lutte frontale, impulsées notamment par les Etats-Unis, qui financent une part importante de la lutte antidrogue dans la région, a poursuivi M. Mujica. «L’Uruguay est un petit pays, où les choses peuvent se faire plus facilement», selon lui.

Une autre politique

A l’été 2011, un groupe d’étude composé notamment d’intellectuels, de spécialistes et d’anciens présidents sud-américains (Fernando Henrique Cardoso, Brésil, César Gaviria, Colombie, et Ernesto Zedillo, Mexique), avait publié un rapport indiquant que «la lutte mondiale contre les drogues a échoué». Ce groupe a suggéré de «mettre fin à la criminalisation» des consommateurs.

Lors du sommet de l’Organisation des Etats américains (OEA) à la mi-avril en Colombie, les 33 pays membres avaient pour la première fois accepter d’engager une réflexion sur les mesures alternatives à mettre en place pour lutter contre le narcotrafic. (ats/nxp)

(Créé: 22.06.2012, 10h36)

Sondage

Donnez-vous volontiers à des organismes caritatifs?






Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.