Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 08:49

Espace Fusée russe contre les catastrophes naturelles

Lancée samedi de Baïkonour, elle transporte un système européen de satellites qui doit permettre une surveillance efficace des séismes et inondations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un lanceur russe Proton a décollé vendredi soir du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Dans sa soute: le premier «noeud spatial» du système européen de satellites de relais de données (EDRS) qui doit permettre une surveillance efficace des séismes et inondations.

Le noeud EDRS-A, qui évoluera en orbite géostationnaire, est le premier bloc du système EDRS, une «autoroute des données spatiales» d'un coût de près de 500 millions d'euros, qui doit fournir «des services de relais de mégadonnées en temps quasi réel», a indiqué l'Agence spatiale européenne. Le système EDRS va considérablement améliorer la transmission de mégadonnées, comme les photos et les images radar, des satellites en orbite vers la Terre, car ces données n'auront plus à attendre qu'une station au sol soit en vue.

EDRS-A, lancé à bord du satellite Eutelsat-9B, abrite un terminal laser qui opère pour l'essentiel comme un télescope autonome en mesure de se braquer vers des cibles mouvantes sur Terre.

EDRS relaiera des données sur la banquise, sur les marées noires ou sur les inondations, transmises par les satellites Sentinelle 1 et Sentinelle 2 du programme européen Copernicus d'observation de la Terre. Ces données seront réceptionnées par des utilisateurs en Europe, en Afrique et dans l'Atlantique, mais ses services seront également disponibles pour d'autres clients payants. (ats/nxp)

(Créé: 30.01.2016, 11h43)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.