ACCUEIL 1.9.2014 Mis à jour à 22h41

L'évacuation des blessés stoppée en Syrie

Conflit

Aucune évacuation de blessés du quartier de Baba Amr, à Homs, n’aura lieu samedi. Des négociations menées par le CICR et le Croissant rouge arabe syrien avec les autorités et les opposants syriens armés ont échoué.

Mis à jour le 25.02.2012 8 Commentaires
Vendredi, le CRAS et le CICR ont transporté 7 blessés ainsi que 20 femmes et enfants malades vers un hôpital à 2km du quartier de Baba Amr.

Vendredi, le CRAS et le CICR ont transporté 7 blessés ainsi que 20 femmes et enfants malades vers un hôpital à 2km du quartier de Baba Amr.
Image: Keystone

Reprise des bombardements

Les troupes syriennes ont tué au moins 9 civils samedi en reprenant leur bombardement du quartier de Baba Amr à Homs (centre) et en ouvrant le feu près d’Alep (nord), où des milliers de personnes ont manifesté, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Le pilonnage de Baba Amr a repris à l’aube pour le 22e jour consécutif, et des explosions sporadiques retentissaient aussi dans d’autres quartiers de Homs, au lendemain de l’évacuation de 7 blessés et de 20 femmes et enfants malades de la ville assiégée, a précisé l’OSDH.
Au total, les bombes et les tirs des forces de sécurité ont fait quatre morts à Homs samedi matin.
Dans le même temps, cinq personnes ont été tuées par des tirs à Azaz, dans l’agglomération d’Alep, où des déserteurs ont tenté d’empêcher l’armée régulière de pénétrer, selon la même source.
De plus, la police a ouvert le feu sur une manifestation rassemblant environ 4000 personnes dans le quartier de Sayef al-Dawla à Alep, a ajouté l’OSDH.

Articles en relation

Mots-clés

«Les négociations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du Croissant rouge arabe syrien (CRAS) avec à la fois les autorités syriennes et les groupes d’opposition à Homs n’ont pas abouti à des résultats concrets aujourd’hui», a affirmé le porte-parole du CICR à Damas Saleh Dabbakeh.

«Il n’y aura donc pas, malheureusement, d’évacuation d’urgence aujourd’hui», a-t-il ajouté, précisant toutefois que le CICR et le CRAS «continueront à négocier avec les autorités et l’opposition».

Vendredi, le CRAS et le CICR ont transporté sept blessés ainsi que 20 femmes et enfants malades vers l’hôpital al Amine, à deux kilomètres du quartier rebelle de Baba Amr, principale cible du pilonnage entamé le 4 février sur Homs.

Ils n’ont en revanche pas pu sortir les dépouilles de la reporter américaine Marie Colvin et du photographe français Rémi Ochlik, tués mercredi dans un bombardement, ni la journaliste française Edith Bouvier et le photographe britannique Paul Conroy, blessés dans la même attaque.

Réunis vendredi à Tunis, la soixantaine de ministres des Affaires étrangères du groupe des «Amis de la Syrie», boycotté par Moscou et Pékin, a appelé à l’arrêt immédiat des violences et à de nouvelles sanctions en Syrie, mais a temporisé sur le déploiement d’une force Arabes-ONU de maintien de la paix.

Tunis et Doha pour une «force arabe»

Et si la Tunisie et le Qatar ont plaidé pour une «force arabe», dans le cadre de la Ligue arabe, la France a estimé qu’elle devrait auparavant obtenir «le feu vert» du Conseil de sécurité de l’ONU.

Téhéran, absent à Tunis et principal allié régional de Damas, a réaffirmé samedi son opposition à toute intervention militaire, assurant ne pas envoyer d’armes ni intervenir militairement en Syrie contrairement à ce qu’affirment les Occidentaux.

Les «Amis de la Syrie» ont par ailleurs reconnu le Conseil national syrien (CNS, opposition) comme «un représentant légitime des Syriens qui cherchent un changement démocratique pacifique», s’engageant à fournir «un soutien effectif» à l’opposition, tandis que l’Arabie saoudite approuvait l’idée de l’armer.

Le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), un groupe d’opposition basé en Syrie, a boycotté la réunion de Tunis. L’organisation, qui regroupe des partis nationalistes arabes, kurdes, socialistes et marxistes ainsi que des personnalités indépendantes, conteste au CNS ls statut de représentant de la Syrie.

La Chine satisfaite

La Chine s’est félicitée que la réunion ait surtout permis de «rejeter toute intervention étrangère». «La majorité des pays arabes ont commencé à comprendre que les Etats-Unis et l’Europe dissimulent un poignard derrière un sourire, en d’autres mots tandis qu’ils semblent agir pour des motifs humanitaires, en réalité ils ont des ambitions hégémoniques cachées», a annoncé l’agence officielle Chine nouvelle.

Le journal gouvernemental syrien «As Saoura» a dénoncé une réunion des «comploteurs», que la télévision d’Etat avait, elle, présentée comme une conférence pour le «soutien au terrorisme en Syrie». Dans la première réaction officielle, le ministre de l’Information Adnane Mahmoud a raillé la réunion «des amis de Washington et des ennemis de la Syrie».

Malgré les violences ininterrompues, le régime a maintenu le référendum de dimanche sur une nouvelle Constitution, qui supprime la prééminence du parti Baas mais maintient de très larges prérogatives au chef de l’Etat. L’opposition a appelé au boycottage.

L’armée a repris à l’aube le pilonnage de Baba Amr et des explosions sporadiques ont retenti dans d’autres quartiers de la ville assiégée, a annoncé l’Organisation syrienne des droits de l’homme (OSDH), évoquant la mort de civils. (ats/Newsnet)

Créé: 25.02.2012, 08h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

jeff desprez

25.02.2012, 09:44 Heures
Signaler un abus

La Croix-Rouge? C'est au CROISSANT ROUGE d'intervenir ! Ils sont le pendant de la CR dans les pays islamiques. Si un des médecins/ homme de la CR ose soigner une femme blessée, il a de fortes chances de se faire descendre sur le champ, arrêter ou de créer une polémique de la part des islamistes qui accuseront ces médecins d'avoir souillé leurs femmes! Devront-ils obéir et laisser crever les femmes Répondre


Georges Alexandre

25.02.2012, 09:55 Heures
Signaler un abus

Comme le dit l'article, il s'agit du CICR (Comité international de la Croix-rouge) appellation qu'on peut qualifier de générique. Croissant rouge n'est qu'une déclinaison de cette organisation. Pas de vaine polémique, l'essentiel est que des blessés bien peu nombreux encore, puissent être évacués.. Répondre



Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Sondage

Certaines compagnies aériennes continuent à sillonner le ciel de pays en guerre, est-ce raisonnable?



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!