ACCUEIL 27.8.2014 Mis à jour à 18h46

L'ex-premier ministre japonais reconnaît la responsabilité de l’État

Fukushima

Naoto Kan, en poste au moment de la catastrophe nucléaire de Fukushima, a reconnu la responsabilité de l'Etat dans ce drame. Mais il a défendu la façon dont il a géré la crise tout en admettant quelques cafouillages.

Mis à jour le 28.05.2012 1 Commentaire
«Puisque l'accident est intervenu dans une centrale résultant de la politique étatique, la responsabilité première en revient à l'Etat», a déclaré l'ex-chef du gouvernement.

«Puisque l'accident est intervenu dans une centrale résultant de la politique étatique, la responsabilité première en revient à l'Etat», a déclaré l'ex-chef du gouvernement.
Image: Keystone

Galerie Photos

Un an après, le Japon se reconstruit petit à petit

Un an après, le Japon se reconstruit petit à petit
Le 11 mars 2011, le Japon était frappé par un séisme, suivi d'un tsunami et d'un accident nucléaire du même niveau que celui de Tchernobyl.

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Naoto Kan a témoigné lundi devant une commission d'enquête parlementaire indépendante, après avoir été mis en cause dans le contrôle de cet accident atomique majeur déclenché à la centrale Fukushima Daiichi par le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon le 11 mars 2011. Cette commission, qui tenait sa 16e session, doit remettre ses conclusions au mois de juin.

«Puisque l'accident est intervenu dans une centrale résultant de la politique étatique, la responsabilité première en revient à l'Etat», a déclaré l'ex-chef du gouvernement devant les membres de la commission présidée par le scientifique et ex-conseiller politique Kiyoshi Kurokawa. Et le même d'ajouter «je voudrais renouveler mes excuses pour ne pas être parvenu à stopper la crise.»

Toutefois, malgré ce mea culpa, Naoto Kan s'est employé pendant deux heures et demie à défendre ses décisions, tout en reconnaissant que plusieurs dispositions ont tardé à être prises. «Il aurait été bien d'avoir fait cela plus tôt», a répété plusieurs fois l'ancien chef du gouvernement.

Points polémiques

Naoto Kan a surtout été questionné sur les points qui font toujours polémiques: sa visite à la centrale le 12 mars au matin, le retard de ventilation pour éviter les explosions d'hydrogène, l'injection contestée d'eau de mer dans les réacteurs, l'intention de la compagnie gérante de quitter le site en péril et le refus de l'aide technique des États-Unis dans les premiers jours.

«Je suis allé à la centrale car je voulais voir directement la situation. Il y a eu des débats sur cette question, mais j'ai jugé qu'il était important que je voie pour mieux gérer la crise», a-t-il notamment justifié, se plaignant d'avoir manqué d'informations durant les premières heures. On me répondait «je ne sais pas» lorsque je demandais pourquoi les choses ne progressaient pas sur le terrain.

Quant au projet de Tepco d'évacuer le site, Naoto Kan a affirmé qu'il avait jugé une telle idée «insensée» et ordonné au patron de Tepco à l'époque de ne pas quitter les lieux, ce à quoi ce dernier se serait contenté de répondre «compris».

Naoto Kan a précisé que ses décisions, notamment pour les ordres d'évacuation des populations riveraines dans un rayon de 3, puis 10 et 20km autour du complexe atomique, avaient reposé sur l'avis d'experts, lesquels n'étaient cependant pas toujours d'accord. Quitte à ajouter à la confusion, l'ex-premier ministre, qui a démissionné en août dernier, a affirmé n'avoir pas toujours été au courant des initiatives des uns et des autres.

(ats/afp/Newsnet)

Créé: 28.05.2012, 13h04

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Lupo RisqueAcceptable

28.05.2012, 19:41 Heures
Signaler un abus

Les risques nucléaires ne sont pas acceptables, même minimes ils restent inacceptables car leurs effets sont permanents à notre échelle humaine. Risques et dommages à : extraction et transformation du combustible + mise en service et exploitation des centrales + risque d'attentas ou de fautes humaines + déchets et enfoissements + déconstruction + dissémination et armes de destruction massives ... Répondre



Sondage

La présence de la mafia en Suisse vous inquiète-t-elle?




Sondage

Le texte de l'initiative Ecopop comporte une grave erreur de traduction en français: faut-il reporter le vote?




Sondage

Certaines compagnies aériennes continuent à sillonner le ciel de pays en guerre, est-ce raisonnable?



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne