ACCUEIL 26.10.2014 Mis à jour à 09h17

Le Japon veut relancer deux réacteurs nucléaires

Energie

Selon le gouvernement nippon, la relance de deux réacteurs dans l'ouest du pays est sans danger. La population, elle, reste encore réticente, face au traumatisme de Fukushima.

Mis à jour le 13.04.2012 12 Commentaires
«Nous allons faire tous les efforts pour obtenir la compréhension des citoyens», a annoncé vendredi le ministre de l’Industrie, Yukio Edano.

«Nous allons faire tous les efforts pour obtenir la compréhension des citoyens», a annoncé vendredi le ministre de l’Industrie, Yukio Edano.
Image: Keystone

Le gouvernement japonais a jugé vendredi sans danger et nécessaire le redémarrage de deux réacteurs nucléaires de l’ouest du pays remplissant les conditions posées à toute relance après l’accident de Fukushima, mais il doit encore en convaincre la population.

"Nous allons faire tous les efforts pour obtenir la compréhension des citoyens", a expliqué vendredi le ministre de l’Industrie, Yukio Edano, lors d’une conférence de presse.

Cette intervention suivait la décision du gouvernement de Yoshihiko Noda d’approuver le plan de réactivation des unités 3 et 4 de la centrale d’Oi (ou Ohi), dans la préfecture de Fukui.

Ce complexe atomique est exploité par la compagnie Kansai Electric Power qui est actuellement privée de l’ensemble de ses réacteurs nucléaires et affirment qu’elle risque de souffrir d’une insuffisance de courant de 20% cet été au moment des pics de consommation si une partie de ses installations ne sont pas relancées.

Stoppés en mars 2011

Les réacteurs 3 et 4 d’Oi avaient respectivement été stoppés en mars 2011 et juillet 2011 pour entretien de routine, obligatoire tous les treize mois. Ils n’avaient pu être réactivés après les délais habituels d’inspection, le précédent gouvernement, de Naoto Kan, ayant imposé une nouvelle batterie de tests de résistance, notamment vis-à-vis des catastrophes naturelles.

Ces mesures de précaution ont été décidées en raison des craintes nées de la catastrophe de Fukushima à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011. Tous les réacteurs du Japon sont situés en bord de mer.

Avant la décision du gouvernement d’approuver l’option du redémarrage, les examens de sécurité effectués à Oi par l’exploitant du site ont été successivement validés par l’Agence de sûreté nucléaire et une commission ad hoc.

Même en cas de séisme et de tsunami, les réacteurs d’Oi ne risquent pas de subir les mêmes dégâts qu’à Fukushima, selon M. Edano, qui a assuré qu’ils étaient conformes aux nouveaux standards.

Population sceptique

Le ministre a indiqué qu’il allait se rendre en personne auprès des élus locaux pour les persuader qu’ils peuvent accepter en toute confiance le redémarrage des réacteurs concernés. Les autorités et populations locales sont toutefois très sceptiques.

"La réactivation se fera une fois que nous aurons obtenu la compréhension des citoyens, à commencer par la population riveraine", a insisté M. Edano, laissant entendre que le gouvernement n’envisage pas dans l’immédiat de passer en force, même s’il juge indispensable le redémarrage de réacteurs.

Sur un parc national de 54 unités, seule une est encore active et elle devrait être stoppée pour maintenance dans les prochaines semaines.

Dans ces circonstances, les compagnies exigent des économies de consommation de courant et sont forcées de remettre en service des centrales thermiques. (afp/Newsnet)

Créé: 13.04.2012, 14h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

12 Commentaires

Jean CARDON

13.04.2012, 15:12 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Au vu du manque de transparence pendant et après la catastrophe de Fukushima de la part desautorités japonaises, ce ne sont pas leurs courbettes et excuses variées qui vont redonner confiance à la popolation du Japon. Visiblement l'expérience Fukushima n'a pas servi de leçon à ces apprents-sorciers. Répondre


John Smith

13.04.2012, 15:28 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

3... Ar .... 2 ma ... 1... ture .... Zero point. Ignition ! Article publié depuis plus d'une heure et pas encore trace du lobby-nucléaire-anti-secte-verte-responsable-de-tous-les-maux-mais-surtout-de-ne-pas-pouvoir-tuer-en-paix-et-ne-pas-pouvoir-se-faire-plein-d'argent-sur-le-dos-de-la-vache-à-lait-suisse. Etonnant. Répondre



Sondage

Coincé dans un aéroport, comment comblez-vous l'attente d'un vol retardé?








Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne