ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 13h30

Les Iraniennes «interdites» à l'accès à la présidence

Droits des femmes

En déclarant que «la loi interdit aux femmes d'accéder à la présidence», l'ayatollah Mohammad YazdiIl a douché les espoirs d'une trentaine de candidates.

Mis à jour le 17.05.2013 9 Commentaires
L'ayatollah Mohammad YazdiIl a douché les espoirs d'une trentaine de candidates à la présidence iranienne.

L'ayatollah Mohammad YazdiIl a douché les espoirs d'une trentaine de candidates à la présidence iranienne.
Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Une femme ne peut pas se présenter à la présidentielle du 14 juin en Iran, a affirmé un membre de l'organe de supervision des élections. Il a ainsi douché les espoirs d'une trentaine de candidates, a rapporté vendredi une agence de presse.

«La loi interdit aux femmes d'accéder à la présidence», a déclaré l'ayatollah Mohammad Yazdi, religieux conservateur et ancien chef de la Justice, dans des propos rapportés par l'agence Mehr.

Il n'a cependant pas précisé s'il s'agissait de son interprétation ou de celle du Conseil des gardiens de la Constitution, chargé entre autres de valider les candidatures, dont il est l'un des membres les plus importants.

Le processus de validation permet au régime de Téhéran de s'assurer que les candidats sont fidèles aux principes de la République islamique.

Autorisées aux législatives

Depuis la révolution islamique de 1979, ce processus a rejeté toutes les candidates à la présidentielle. Les femmes ont cependant été autorisées à se présenter aux élections législatives.

La liste finale des candidats retenus pour l'élection du 14 juin devrait être annoncée en début de semaine prochaine. Près de 700 personnes, dont 30 femmes, ont enregistré leur candidature la semaine dernière.

L'une des conditions d'éligibilité à la présidentielle est d'être, selon la constitution iranienne, un «rejal», terme qui en persan peut signifier une figure politique, homme ou femme.

En 2009, Abbasali Kadkhodai, porte-parole du conseil des gardiens, avait déclaré que le conseil n'avait jamais donné une définition claire du terme «rejal» et que rien n'empêchait une femme de se présenter à la présidentielle. Il avait assuré que toutes les candidatures rejetées jusqu'alors l'avaient été parce que les femmes concernées n'avaient pas les compétences requises. (ats/Newsnet)

Créé: 17.05.2013, 19h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

9 Commentaires

Berserk Gatsu

17.05.2013, 21:47 Heures
Signaler un abus 20 Recommandation 3

et oui pas bon d'être une femme chez les pierre-à-feu..vive le moyen-âge.. Répondre


Serge Kolly

17.05.2013, 21:58 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 1

C'est le sous développement des musulmans. On se croirait au moyen-âge. Il ne faut pas s'étonner que leur calendrier n'est pas encore en l'an 2000, il y a du boulot pour évoluer et arrêter le temps des femmes soumises et après ils veulent nous faire la morale. Petit, très petit. La honte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Répondre



Sondage

Certaines compagnies aériennes continuent à sillonner le ciel de pays en guerre, est-ce raisonnable?



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne