Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 12:38

Afghanistan Les talibans font un pas historique vers des négociations de paix

Après dix ans de conflit avec le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'OTAN, les talibans se disent prêts mardi à ouvrir un bureau politique hors d'Afghanistan pour entamer des négociations de paix.

Les talibans rendaient leurs armes à Helmand en Afghanistan lors d'une cérémonie de réconciliation le 29 décembre dernier.

Les talibans rendaient leurs armes à Helmand en Afghanistan lors d'une cérémonie de réconciliation le 29 décembre dernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les rebelles talibans se sont dits mardi "prêts" à avoir un bureau politique hors d'Afghanistan pour des négociations de paix, un premier pas historique de leur part dans cette direction après dix ans de conflit avec le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'Otan.

Les violences se sont toutefois poursuivies dans la journée dans le pays, notamment à Kandahar (sud), un bastion des rebelles, ensanglantée par deux attentats, dont au moins un revendiqué par les talibans, qui ont fait douze morts dont quatre enfants et quatre policiers, selon des bilans provisoires.

Les talibans ont annoncé avoir trouvé un accord initial sur l'établissement d'un bureau de représentation à l'étranger avec plusieurs interlocuteurs, dont le Qatar, dans un communiqué publié sur le site ‹Voix du djihad,› un de leurs canaux habituels de diffusion d'informations.

Balle dans le camp de Washington

‹Alors que nous avons une forte présence à l'intérieur (de l'Afghanistan), nous sommes prêts à disposer d'un bureau politique à l'extérieur pour (participer à) des négociations,› ont-ils fait savoir.

Ils demandent toutefois ‹en échange› la libération des prisonniers talibans détenus sur la base américaine de Guantanamo (Cuba), renvoyant ainsi la balle dans le camp de Washington, qui dirige la force de l'Otan en Afghanistan et plaide avec insistance depuis plus d'un an pour des négociations.

Autre signe encourageant en vue d'éventuelles discussions de paix, des responsables afghans ont annoncé mardi qu'une délégation du Hezb-i-Islami, deuxième composante de la rébellion afghane après les talibans, avait rencontré dimanche à Kaboul Hamid Karzaï et des diplomates américains, et parlé de paix.

Dirigé par le célèbre chef de guerre et ancien Premier ministre Gulbuddin Hekmatyar, le Hezb-i-Islami combat lui aussi depuis dix ans le gouvernement de Kaboul et l'Otan. Très influent politiquement, il a affiché des positions plus conciliantes que les talibans, notamment à propos d'éventuelles négociations de paix, mais leur a en revanche cédé du terrain militairement ces dernières années, même s'il tient toujours des bastions dans l'est.

Doha mentionnée

Le communiqué des talibans n'indique pas explicitement où leur bureau de représentation pourrait être installé. Si la Turquie ou l'Arabie Saoudite ont un temps été évoquées, le Qatar est cité dans le texte. Sa capitale Doha, mentionnée avec insistance à ce sujet récemment, part donc favorite.

Jusqu'ici, les talibans avaient toujours officiellement refusé de négocier tant que l'ensemble des soldats de l'Otan n'auraient pas quitté l'Afghanistan.

Selon une source proche des talibans, des contacts ont notamment eu lieu à l'automne dernier à Doha (Qatar) "entre des diplomates américains et une petite délégation de talibans menée par Tayyeb Agha", l'ancien secrétaire du leader taliban, le mollah Omar, avec qui il est toujours en contact.

Dans leur communiqué de mardi, les talibans démentent toutefois que des négociations avec les Américains aient débuté.

Au sein de la communauté internationale, l'idée de doter les talibans d'un bureau de liaison dans un pays neutre afin de faciliter d'éventuels pourparlers de paix a été évoquée à plusieurs reprises en 2011.

Faiblesse du gouvernement

Les talibans doivent abandonner la violence en préalable à l'ouverture d'un processus de paix en Afghanistan, a cependant tenu à souligner mardi la Maison-Blanche.

Depuis dix ans, les Occidentaux, qui avaient balayé les talibans en quelques semaines à la fin 2001, n'ont pu endiguer le retour et la montée en puissance progressive des insurgés dans la majeure partie de l'Afghanistan, profitant de la faiblesse du gouvernement central porté à bout de bras par les Occidentaux.

Pour éviter un enlisement total, la coalition, qui compte aujourd'hui quelque 130'000 hommes, a commencé l'an dernier à retirer de premières troupes de combat, avec l'objectif d'un retrait total à la fin 2014.

Pressés par cette échéance, et pour éviter une guerre civile après leur retrait, les Occidentaux, notamment les Américains, ont changé leur fusil d'épaule et plaidé ces deux dernières années pour des négociations de paix avec les talibans.

Flexibilité demandée au mollah Omar

Quant au président afghan Hamid Karzaï, au départ hostile à tout bureau afghan à l'étranger, il s'est finalement rangé à l'avis de ses alliés.

Selon la source proche des talibans, plusieurs responsables rebelles ont récemment demandé au mollah Omar de faire preuve de flexibilité et de permettre aux talibans d'ouvrir une représentation dans un pays musulman autre que le Pakistan. Certains espèrent que leur mouvement pourra ainsi s'affranchir de l'influence de ce voisin où nombre d'entre eux sont aujourd'hui réfugiés. (ats/nxp)

(Créé: 03.01.2012, 18h37)

Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Monde