Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 18:21

Pakistan Un employé britannique du CICR enlevé au Baloutchistan

Un employé britannique du Comité international de la Croix-Rouge a été capturé non loin des bureaux du CICR par des hommes armés à Quetta, la capitale de la province pakistanaise.

Un cameraman filme le siège principal du CICR près duquel l'employé britannique s'est fait enlever.

Un cameraman filme le siège principal du CICR près duquel l'employé britannique s'est fait enlever. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un employé britannique du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été enlevé jeudi par des hommes armés à Quetta, capitale de la province pakistanaise instable du Baloutchistan (sud-ouest). Il a été kidnappé non loin des bureaux de l’organisation.

Khalil Rasjed Dale, un gestionnaire de programmes de santé britannique, rentrait chez lui à bord d’un véhicule portant le sigle du CICR lorsqu’il a été kidnappé, à quelque 200 mètres d’une résidence de l’organisation, a indiqué le CICR dans un communiqué publié à Genève.

«Des inconnus armés sont arrivés à bord d’un 4X4 et l’ont enlevé», a de son côté précisé à l’AFP un haut responsable de la police de Quetta, Nazir Kurd. Il a précisé que M. Dale avait aux alentours de 60 ans et était converti à l’islam.

Le CICR souligne n’avoir «aucune indication sur l’identité et le mobile des ravisseurs». Il «appelle à une libération rapide et sans condition de son employé enlevé» et souligne qu’il «poursuivra son travail humanitaire au Pakistan en dépit de cet incident».

Suisses enlevés

Frontalier de l’Iran et de l’Afghanistan, le Baloutchistan est régulièrement le théâtre de rapts, notamment d’étrangers. Un couple de Suisses y a notamment été enlevé début juillet dans une zone isolée.

Ce rapt a été revendiqué par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), le principal groupe taliban du pays, allié à Al- Qaïda, qui réclame une rançon de quatre millions de dollars et la libération de militants pakistanais en échange des deux Bernois. Les enlèvements contre rançon sont une source de revenus régulière du TTP.

Le Baloutchistan est régulièrement secoué par les violences, en raison notamment des affrontements entre les forces de sécurité et les rebelles baloutches qui réclament l’autodétermination pour la province. Elle est également un bastion des talibans afghans et pakistanais et a été récemment le théâtre d’attaques sectaires contre la minorité chiite.

«Problèmes» à Quetta

Les autorités locales et les puissants services de renseignement y sont généralement très sourcilleux sur les activités des ONG, notamment étrangères. Les activités du CICR dans la province se concentrent surtout sur la santé, l’ONG soutenant notamment un hôpital et un centre orthopédique locaux.

Un responsable du CICR cité jeudi dans le quotidien pakistanais «Express Tribune» a souligné sous couvert d’anonymat que son organisation «avait des problèmes» à Quetta, sans plus de détails.

Des centaines de personnes ont été tuées depuis le début de l’insurrection autonomiste en 2004 au Baloutchistan, province riche en matières premières. Les rebelles réclament que la population locale bénéficie davantage des profits tirés de cette activité minière. (ATS/nxp)

(Créé: 05.01.2012, 16h55)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.