Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 16:07

France Avalanche en Isère: prof placé en garde à vue

Après l'avalanche survenue aux Deux Alpes, mercredi, le professeur blessé a été placé en garde en vue pour homicides involontaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le professeur qui encadrait dix élèves pris dans une avalanche mortelle aux Deux Alpes (Isère) a été placé jeudi en garde à vue pour homicides involontaires, après la tragique imprudence qui a conduit son groupe sur une piste noire fermée. A 15h41 mercredi, un groupe de lycéens est emporté par une avalanche déclenchée vers 2800 mètres d'altitude sur la piste noire de Bellecombes. Trois victimes meurent ensevelies: deux élèves d'une classe de première de Lyon et un skieur ukrainien de 57 ans.

«Ce qui justifie cette garde à vue c'est que nous avions quelques difficultés à entendre (le professeur) sans mesure de contrainte» et «pour le maintenir à notre disposition», a expliqué le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, lors d'une conférence de presse.

Présomption d'innocence

«Pour l'instant», le professeur, grièvement blessé lors de l'avalanche, est toujours au CHU de Grenoble. L'enquête devra déterminer son «état psychiatrique» et «sa capacité à encadrer un groupe», selon le magistrat.

Néanmoins, «il faut bien se garder de tout jugement hâtif. Ce professeur bénéficie de la présomption d'innocence ; il n'est pas question de l'accabler», a insisté Jean-Yves Coquillat.

Piste close

Cet enseignant du lycée Saint-Exupéry de Lyon s'est engagé mercredi en milieu d'après-midi avec un groupe de dix élèves sur une piste «fermée par le filet habituel avec des inscriptions en plusieurs langues, quatre langues», a rappelé le magistrat.

La piste était close depuis le début de la saison, faute de neige. Mais de nombreux skieurs l'avaient emprunté dans la journée, pour profiter des récentes chutes de neige. «Le ski hors piste n'est pas interdit, ce n'est pas une infraction», a relevé le procureur.

Refus du responsable de la sortie

Dix-neuf élèves de première option sport du lycée Saint-Exupéry de Lyon étaient en stage ski aux Deux Alpes pour la semaine, encadrés par trois professeurs d'EPS. Le matin, une des élèves du groupe s'était blessée en chutant et a donc passé le reste de la journée à l'hôtel avec deux autres élèves fatigués et un des trois professeurs, celui qui était responsable de ce voyage scolaire, a rapporté le procureur.

L'après-midi une professeure était repartie skier avec six des élèves, les moins forts, tout comme le dernier enseignant, lui avec le groupe victime de l'avalanche.

Élément troublant: selon le procureur, les élèves avaient manifesté le matin-même le désir d'aller sur cette fameuse piste noire fermée. Le professeur responsable de la sortie s'était alors clairement opposé à cette idée.

L'après-midi, «ils ont enjambé le filet» haut d'un mètre et long de cinquante et «sont allés skier sur la piste». «C'est en toute connaissance de cause que le groupe s'est engagé à cet endroit et sur cette piste fermée», a insisté Jean-Yves Coquillat. S'y sont-ils engagés sur l'initiative des élèves? Celle du professeur?

«La station avait fermé cette piste, les gens l'empruntent c'est un fait». Maintenant, l'enquête devra déterminer qui est responsable et qui a déclenché l'avalanche, a fait valoir le magistrat.

Un skieur roumain se confie à la police

A ce sujet, un skieur roumain s'est présenté à la gendarmerie pour indiquer qu'un groupe d'une quinzaine de skieurs auquel il appartenait était passé au-dessus des élèves lyonnais juste avant l'avalanche «en coupant le manteau neigeux».

Les deux autres professeurs ont été entendus dès mercredi soir, ainsi que des témoins intéressants. Les élèves, qui étaient rentrés sur Lyon juste après le drame pour rejoindre leurs familles, seront tous entendus dans les heures qui viennent. Une dizaine d'élèves sont en cours d'audition et au total une quarantaine de personnes seront interrogées.

«Il y a des risques inconsidérés qui ont été pris», avait estimé plus tôt dans la journée Stéphane Sauvebois, le maire de Mont-de-Lans, commune sur laquelle se situe la station.

Risque «marqué»

La journée du drame était caractérisée par un risque «marqué» d'avalanche, de niveau trois sur une échelle qui en compte cinq. A ce niveau, des avalanches peuvent se déclencher au passage d'un seul skieur.

Jeudi, de nombreux massifs alpins étaient justement placés en risque 4. «Il ne faut pas skier hors piste. Il faut s'en tenir aux pistes ouvertes», a insisté le préfet de l'Isère. (afp/nxp)

(Créé: 14.01.2016, 17h23)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.