Dimanche 25 juin 2017 | Dernière mise à jour 13:32

Tenue de bain Le burkini est un outil d'intégration en Australie

Alors qu'il crée la polémique en France, le burkini est considéré comme un outil d'émancipation dans le pays de sa créatrice.

Selon sa créatrice, Aheda Zanetti, le burkini faciliterait l'accès au sport pour les femmes qui souhaitent se couvrir en public, comme cette jeune sauveteuse s'entraînant à Sydney (Australie). (Image d'archive, 13 janvier 2007)

Selon sa créatrice, Aheda Zanetti, le burkini faciliterait l'accès au sport pour les femmes qui souhaitent se couvrir en public, comme cette jeune sauveteuse s'entraînant à Sydney (Australie). (Image d'archive, 13 janvier 2007) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le burkini, au coeur d'une vive polémique en France, est dans son pays d'origine, l'Australie, un outil d'intégration permettant à des musulmanes pratiquantes de profiter pleinement des joies de la plage, affirme sa créatrice Aheda Zanetti.

Valls soutient les maires de droite

Une partie de la classe politique française s'insurge contre cette tenue de bain islamique accusée de faire le jeu du communautarisme. Et le Premier ministre Manuel Valls a apporté son soutien aux maires - majoritairement de droite - qui ont interdit le port du burkini sur les plages.

Aheda Zanetti, une Australienne d'origine libanaise de 48 ans, explique qu'elle a dessiné il y a plus de 10 ans à Sydney ce costume de bain qui enveloppe l'ensemble du corps, des cheveux jusqu'aux chevilles, avec pour objectif de permettre aux musulmanes de profiter de la plage tout en respectant les préceptes de leur religion.

Un accès au sport pour les femmes voilées

«La plage, le surf, le soleil et le sport font partie de la culture australienne et j'avais le sentiment d'avoir été privée de toutes ces activités pendant ma jeunesse», raconte cette femme voilée à l'AFP.

L'idée du burkini lui est venue en regardant sa nièce jouer au netball.

«Je voulais que personne ne soit plus privé d'activités sportives du fait des restrictions imposées par la pudeur».

Mme Zanetti a ouvert son premier magasin à Sydney en 2005. Depuis, cette mère de trois enfants a écoulé plus de 700.000 burkinis et fournit des grossistes jusqu'en Suisse, en Grande-Bretagne, à Bahreïn ou en Afrique du Sud.

L'apparition du burkini a été concomitante des graves émeutes qui avaient éclaté sur la plage de Cronulla, à Sydney, entre des jeunes originaires du Moyen-Orient et des Australiens blancs venus «reprendre possession» du rivage.

Une association de sauveteurs diversifie son recrutement

Ces violences avaient profondément choqué en Australie, ce qui avait amené l'association de sauveteurs Surf Life Saving Australia (SLSA) à diversifier son recrutement, et à engager notamment des musulmans.

Mme Zanetti avait alors reçu une commande pour des burkinis jaunes et rouges, les couleurs emblématiques de la SLSA.

Le burkini est ce qui a permis à Siham Karra-Hassan de plonger à nouveau dans une piscine, deux décennies après en avoir été chassée car elle n'avait pas le droit de porter des habits en coton dans l'eau.

«Les choses ont changé très vite avec le burkini», explique à l'AFP cette mère de six enfants, dont la fille de 25 ans est monitrice de natation en burkini.

«Je suis quelqu'un de très actif. Alors plus je peux faire de l'exercice, plus je peux aller dans l'eau, plus je peux mettre mon burkini, plus je suis contente.»

Les autres nageurs la regardaient au départ avec de gros yeux puis les choses sont rentrées dans l'ordre, affirme-t-elle. Certaines femmes, y compris non musulmanes, viennent lui poser des questions sur le burkini et pensent en acheter un pour se protéger du soleil brûlant australien.

Fatma Taha, professeur de fitness, anime elle des séances d'aérobic aquatique réservées aux femmes dans l'ouest de Sydney. Selon elle, le burkini a facilité la participation de certaines musulmanes.

Mme Zanetti, qui a déposé les marques «burkini» et burqini« (contraction de burqa et bikini), se désole de la connotation négative associée à ces produits en France.

Réappropriation du terme en France

Les hommes politiques français «utilisent le mot burkini comme un mauvais concept islamique alors que c'est juste un mot», déclare-t-elle.

«C'est un mot que j'ai créé pour désigner un produit que je fabrique. Nous ne cachons pas de bombe dessous, il ne sert pas à entraîner des terroristes», poursuit-elle.

«Un vêtement est là pour satisfaire un type de besoin spécifique. Un burkini est un type de tenue pour une activité spécifique. Et, si ça peut aider, on porte toujours un bikini en dessous.» (afp/nxp)

Créé: 19.08.2016, 11h10


Sondage

Devoir adopter des chatons par paire comme le veulent les refuges, est-ce raisonnable?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.