Vendredi 23 juin 2017 | Dernière mise à jour 17:23

Venezuela Deux journalistes français libérés au Venezuela

Jean-Luc Mélenchon avait lui-même interpellé les autorités vénézuéliennes jeudi pour réclamer leur libération.

Sebastian Perez (photo) et Didier Barral avaient été arrêtés à l'aéroport pour «possession de drogue». (Vendredi 21 avril 2017)

Sebastian Perez (photo) et Didier Barral avaient été arrêtés à l'aéroport pour «possession de drogue». (Vendredi 21 avril 2017) Image: Twitter/@JTrostchansky

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux journalistes français de l'agence Capa qui étaient détenus depuis le 11 avril au Venezuela ont été libérés jeudi et ont pris un vol pour Paris, a annoncé le syndicat de la presse vénézuélienne.

En prison depuis le 11 avril

«Les journalistes français Sebastian Perez et Didier Barral ont été libérés», a déclaré sur son compte Twitter le Syndicat national des travailleurs de la presse (SNTP). Il précise que Sebastian Perez, qui est d'origine uruguayenne, et Didier Barral ont quitté le Venezuela à bord d'un vol d'Air France qui a décollé jeudi à 16h30 heure locale (20h30 GMT).

Le candidat de la gauche radicale à l'élection présidentielle française, Jean-Luc Mélenchon, avait demandé jeudi aux autorités du Venezuela de libérer les deux journalistes, partis faire un reportage pour l'agence Capa et emprisonnés depuis le 11 avril.

«Je demande au gouvernement du Venezuela de relâcher les deux journalistes qui sont aujourd'hui en prison sous le prétexte qu'ils auraient de la drogue sur eux, ce que je ne crois pas», avait déclaré M. Mélenchon, qui a été un soutien de Hugo Chavez, le président vénézuélien décédé en 2013.

«Restriction à la liberté de la presse»

«L'agence Capa ne souhaite faire aucun commentaire à ce stade afin de ne pas entraver les démarches pouvant permettre leur libération», avait déclaré le directeur général de Capa Presse, Philippe Levasseur, interrogé par l'AFP.

Les journalistes avaient été arrêtés le 11 avril à l'aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia alors qu'ils attendaient un vol pour rentrer à Paris.

Les autorités vénézuéliennes n'ont pas rendu publiques les raisons de leur arrestation. L'ONG Espacio Publico avait dénoncé leur détention comme «une restriction à la liberté de la presse de la part de l'Etat vénézuélien». mis/fj/plh/mca (afp/nxp)

Créé: 21.04.2017, 07h04


Sondage

Knie a dû remplacer les éléphants par des chèvres. Irez-vous quand même au cirque?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.