ACCUEIL 1.8.2014 Mis à jour à 01h15

La droite de Silvio Berlusconi en déroute

Municipales

Le premier tour des municipales partielles en Italie a fait reculer la droite de Silvio Berlusconi lundi au profit de la gauche, mais aussi de formations anti-politiques.

Mis à jour le 08.05.2012
Le comique Beppe Grillo, en lutte contre la «partitocratie», a enregistré un beau succès dans les villes de Parme et Gênes.

Le comique Beppe Grillo, en lutte contre la «partitocratie», a enregistré un beau succès dans les villes de Parme et Gênes.

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

La droite de Silvio Berlusconi était lundi en déroute à l’issue du premier tour des municipales partielles en Italie. Ce scrutin a révélé une percée de formations hostiles et un malaise social, selon un décompte encore provisoire portant sur deux tiers des votes. Ces élections auront également été marqué par une forte poussée de l’abstention pour un type de scrutin habituellement très prisé des Italiens: le taux de participation s’établit à près de 67%, en recul de sept points par rapport à 2007.

Le succès du mouvement «Cinq Etoiles» du comique Beppe Grillo, en lutte contre la «partitocratie» et très présent sur les réseaux sociaux, a frappé les esprits, en particulier dans des villes comme Parme ou Gênes où il pourrait arriver en deuxième ou en troisième positions.

Il a même conquis dès le premier tour une municipalité, Sarego, en Vénétie. «C’est juste un début. Les citoyens se réapproprient leurs institutions», s’est félicité M. Grillo dans un message sur YouTube.

Recul du PDL et de la Lega

Ces élections étaient un premier test politique près de six mois après l’entrée en fonction du gouvernement «technique» de Mario Monti, qui a mis fin au règne de Silvio Berlusconi, miné par la corruption et de multiples scandales. Les prochaines législatives doivent se tenir en avril 2013.

Les premiers résultats ont montré un important recul du Peuple de la Liberté (PDL, parti de M. Berlusconi) et de son ancien allié la Ligue du Nord dans ce scrutin, où sont en jeu 941 municipalités (sur 8000), dont 26 chefs-lieux de province. «Nous avons subi une défaite», a reconnu le secrétaire général du PDL, Angelino Alfano.

«Nous nous sommes trompés en choisissant les candidats (...) On a la manie de chercher de jolies têtes sans s’informer de leur expérience, alors que les gens veulent des personnes fiables», a de son côté Ignazio La Russa, coordinateur national du PDL.

La Ligue du Nord, elle, est en fort recul dans ses fiefs septentrionaux, de Varèse à Côme en passant par Monza et Bergame. Elle sauve la face à Vérone, où le syndic sortant, Flavio Tosi, un ténor de la Lega, sera réélu dès le premier tour avec 57,4% des voix.

Coalitions de centre-gauche Le Parti Démocratique (PD), principale formation de gauche, est «en tête dans la grande majorité des communes de plus de 15’000 habitants», s’est réjoui un de ses responsables, Davide Zoggia, mettant l’accent sur le fait que «dans plusieurs cas la droite n’arrivera même pas au ballottage».

«La nouveauté de ces élections a été le retour à de larges coalitions de centre-gauche dans de nombreuses villes», a analysé le maire de Milan, Giuliano Pisapia.

A Parme (nord), le candidat du PD Vincenzo Bernazzoli est nettement en tête avec 39,3%, devant l’aspirant «Cinq étoiles», Federico Pizzarotti (19,4%). Scénario proche à Gênes, où le candidat du centre-gauche Marco Doria caracole largement en tête avec 48,7% des voix, devant deux candidats au coude à coude, Enrico Musso (centre) et Paolo Putti (»Cinq étoiles»), tous deux aux alentours de 14%.

Électeurs «désorientés»

Le succès des listes «Cinq étoiles» était «dans l’air, ce sont des phénomènes qui se produisent dans des moments où les gens se sentent désorientés», a réagi la ministre de l’Intérieur Annamaria Cancellieri.

A Palerme (Sicile), la plus grande ville appelée aux urnes, deux candidats de gauche devraient se retrouver en ballottage au second tour les 20 et 21 mai: Leoluca Orlando (46,6%), porte-parole de l’Italie des Valeurs (IdV), et Fabrizio Ferrandelli (20,7%), candidat du PD.

M. Orlando qui a déjà été maire de Palerme, de 1985 à 1990, où il fut un emblème de la lutte anti-mafia, s’est exclamé: «la ville est enfin libre!». Le candidat du PDL, Massimo Costa, arrive seulement troisième avec moins de 11,3% des suffrages. (ats/Newsnet)

Créé: 08.05.2012, 06h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Après Carlos Slim, c'est au tour du milliardaire Richard Branson de se montrer favorable à la semaine de trois jours. Et vous, êtes-vous pour?