Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 20:55

Stockholm Agressions cachées: pas d'enquête contre la police

La police suédoise, qui a reconnu avoir caché des plaintes pour agressions sexuelles lors d'un festival, ne sera pas visée par une enquête de la justice.

Dan Eliason, le chef de la police nationale, a de son côté annoncé lundi 11 janvier une enquête interne et de possibles sanctions.

Dan Eliason, le chef de la police nationale, a de son côté annoncé lundi 11 janvier une enquête interne et de possibles sanctions. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice suédoise a renoncé mercredi à ouvrir une enquête contre la police qui a reconnu avoir caché une série de plaintes pour agressions sexuelles commises lors d'un festival de musique à Stockholm et qui avaient conduit à des arrestations, principalement d'étrangers.

Ces révélations avaient été faites après le tollé soulevé par la lenteur avec laquelle la police de Cologne (ouest de l'Allemagne) avait rendu publique l'ampleur des violences survenues dans la nuit du Nouvel An.

«Les informations selon lesquelles des fonctionnaires de police ont négligé d'enregistrer des plaintes, enquêter et/ou porter devant la justice des agressions sont tellement vagues qu'elles ne permettent pas d'établir l'existence d'une infraction» pénale, a expliqué le procureur Mats Åhlund, cité dans un communiqué.

38 agressions sexuelles et 2 viols

Les faits se sont déroulés lors des éditions 2014 et 2015 de «We Are Sthlm», festival qui a lieu à Stockholm en août et se présente comme le plus grand d'Europe pour les adolescents.

Trente-huit agressions sexuelles dont deux viols avaient fait l'objet de plaintes et de nombreuses personnes arrêtées sans que leur nombre exact puisse être établi.

Dagens Nyheter, le quotidien par lequel le scandale a été rendu public, avait affirmé que les agresseurs présumés étaient en majorité des demandeurs d'asile mineurs non accompagnés.

«Enquête interne»

Le journal avait cité un rapport de police, mentionnant que les soupçons s'étaient portés sur un groupe d'une cinquantaine d'adolescents afghans.

Lundi, le chef de la police nationale, Dan Eliasson, avait assuré au cours d'une conférence de presse que l'affaire ferait l'objet d'une «enquête interne» susceptible de déboucher sur des sanctions.

(afp/nxp)

(Créé: 13.01.2016, 18h55)

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.