ACCUEIL 2.10.2014 Mis à jour à 18h21

Bayrou, le «coup d'assommoir» pour Sarkozy

Présidentielle française

La presse française se penche sur le «séisme» qu'a constitué la décision de François Bayrou de voter François Hollande au second tour.

Mis à jour le 04.05.2012 35 Commentaires
François Bayrou.

François Bayrou.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

La décision du président du Modem François Bayrou de voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle constitue un «séisme» dans le paysage politique français et «un coup d'assomoir» pour Nicolas Sarkozy à deux jours du scrutin, estiment les éditorialistes vendredi.

Libération rend un hommage appuyé à l'ex-candidat centriste en reproduisant en Une un extrait de sa charge contre «la ligne» de Nicolas Sarkozy «en contradiction avec les valeurs qui sont les nôtres».

«Ces mots de François Bayrou, l'un des hommes politiques les plus populaires de France, ayant jadis gouverné à droite, resteront comme ceux d'un homme d'honneur. Et d'un homme d'Etat», salue le directeur du quotidien de gauche Nicolas Demorand.

«Valeurs démocrates chrétiennes»

Même tonalité chez Daniel Ruiz dans La Montagne selon lequel, «avec un panache certain, François Bayrou a fait le choix de ses valeurs démocrates chrétiennes».

Dans Paris Normandie, Michel Lepinay est tenté, «indépendamment de tout parti pris, de prendre tout simplement ce choix pour une manifestation d'intégrité morale et politique».

Les éditorialistes avouent leur surprise. Il «franchit le pas qu'il n'avait pas osé faire en 2007», rappelle La Charente libre, sous la plume de Jacques Guyon.

«En votant Hollande, le centriste François Bayrou sort de l'isolement dans lequel il s'était enfermé en 2007, quand il avait refusé de choisir entre l'actuel président et Ségolène Royal», explique Patrick Fluckiger dans L'Alsace.

«Séisme politique»

Pour Didier Louis, dans Le Courrier picard, «le virage à gauche du chef du Modem constitue un coup de théâtre à la veille d'un second tour qui pourrait s'annoncer désormais moins indécis, et un coup d'assommoir pour Nicolas Sarkozy».

«Finalement, François Bayrou a opté pour le coup de pied de l'âne décoché à Sarkozy à trois jours du scrutin», commente Jacques Camus dans La République du Centre.

Les conséquences politiques iront bien au-delà du scrutin élyséen. «François Bayrou, apôtre du 'ni, ni' mais avec un centre de gravité à droite, a choisi Hollande. C'est un séisme politique», affirme Alain Dusart dans L'Est Républicain.

«Jamais dans l'histoire de la Ve République, un centriste, de l'importance de Bayrou n'avait annoncé qu'il se prononcerait pour un représentant de la gauche», note Patrick Pépin dans Nord Eclair.

«Eclatement des frontières politiques»

«Son choix marque une vraie rupture dans l'histoire du centrisme et de la démocratie chrétienne, cette famille politique dont François Mitterrand disait qu'elle n'était 'ni de gauche ni de gauche'», analyse Hervé Favre dans La Voix du Nord.

Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Dominique Jung parle aussi d'un «pied-de-nez à Sarkozy et une tentative (désespérée) de redonner une force spécifique au centrisme».

«Ce que prévoit le président du MoDem, en fait, c'est un éclatement des frontières politiques sous l'effet astringent de la crise qui, selon lui, va entraîner des bouleversements sans précédent», suppose Philippe Waucampt du Républicain lorrain.

«Désormais, et quelle que soit l'issue du scrutin, le paysage politique risque bien de sensiblement évoluer dans les semaines qui viennent. Implosion(s) en vue», prédit Christophe Bonnefoy dans Le Journal de la Haute-Marne. (ats/Newsnet)

Créé: 04.05.2012, 06h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

35 Commentaires

Franco Phile

04.05.2012, 08:37 Heures
Signaler un abus 24 Recommandation 0

Merci à François Bayrou d'avoir fait preuve de cohérence. L'élection de ce dimanche n'est plus une question de "gauche" ou de "droite". Sarkozy, qui devrait logiquement être l'héritier de valeurs "gaullistes" s'est totalement compromis en s'alignant sur des valeurs "pétainistes": il y a là une contradiction insupportable, insultante pour le pays et son histoire. Sarkozy doit partir. Répondre


jules derochegude

04.05.2012, 09:00 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

j'imagine Hollande au prochain sommet européen +moi Hollande - moi Président+ etc etc... revenir à Paris, tête basse, surpris de constater que ça se passe pas comme il le voulait, ! Puis constater que le budget ne suit pas la courbe qu'il présentait durant la campagne sans la comprendre ! S'étonner que le peuple commence à crier ! Eh oui, telle sera la réalité, toute proche ! Mais les français l' Répondre