Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 13:24

Affaire du Carlton DSK est désormais autorisé à parler à la presse

L’interdiction faite à Dominique Strauss-Kahn d’évoquer l’affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille dans la presse a été levée par la chambre d’instruction de la cour d’appel de Douai.

Dominique Strauss-Kahn va désormais pouvoir raconter sa version des faits de l'affaire.

Dominique Strauss-Kahn va désormais pouvoir raconter sa version des faits de l'affaire. Image: Reuters

Galerie Photos

De Cannes à New York: la chronologie des affaires DSK

De Cannes à New York: la chronologie des affaires DSK Affaire Carlton, affaire du Sofitel, affaire Banon et Welcome to New York. Retour en images sur les déboires judiciaires de DSK.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La chambre de l’instruction «a supprimé l’interdiction d’entrer en contact avec tout organe de presse» à propos de la procédure dans laquelle Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée le 26 mars.

Infirmant partiellement l’ordonnance de placement sous contrôle judiciaire de l’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), la cour d’appel a en revanche «maintenu l’obligation de fournir un cautionnement de 100'000 euros».

«Enfin, la chambre de l’instruction a précisé les noms des témoins avec lesquels l’interdiction d’entrer en contact est maintenue», selon le communiqué du parquet général.

Dominique Strauss-Kahn s’était rendu en personne devant les magistrats pour contester son contrôle judiciaire le 23 mai, accompagné de ses trois avocats qui regrettaient en particulier que leur client ne puisse pas s’exprimer publiquement dans cette affaire.

«Nous sommes dans interdiction de parler du dossier dont vous ne cessez de parler», avait déploré Henri Leclerc devant la presse au lendemain de la mise en examen de son client, jugeant qu’il s’agissait d’une atteinte à "la liberté d’expression" et à "la convention européenne des droits de l’Homme". (afp/nxp)

(Créé: 30.05.2012, 17h34)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.