Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:47

Affaire du Sofitel DSK fait face une nouvelle fois à la justice américaine

Après sa mise en examen lundi à Lille pour «proxénétisme en bande organisée», Dominique Strauss-Kahn fait face mercredi à la justice civile américaine dans l'affaire Nafissatou Diallo.

Ni Dominique Strauss-Kahn, ni Nafissatou Diallo ne seront présents à cette audience.

Ni Dominique Strauss-Kahn, ni Nafissatou Diallo ne seront présents à cette audience. Image: Reuters

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sept mois après l’abandon des poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn à New York, ses avocats vont tenter mercredi de convaincre un juge du Bronx qu’il ne peut pas non plus être poursuivi au civil dans l’affaire Diallo. Selon eux, l’ancien directeur du FMI bénéficie en effet d’une immunité «absolue».

En parallèle à la procédure pénale, la femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo avait porté plainte au civil contre DSK le 8 août dernier pour «agression violente et sadique», et l’audience de mercredi est la première dans cette procédure civile qui vise à obtenir des dommages et intérêts au montant non précisé.

Devant le juge Douglas McKeon, de la Cour suprême du Bronx, les avocats de DSK feront valoir, selon ce qu’ils ont déjà transmis par écrit, que l’affaire doit être classée. Car DSK était, selon eux, protégé au moment des faits par une «immunité absolue» en tant que directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), y compris pour des actes commis à titre personnel. Et ce, en vertu d’une Convention internationale sur les agences spécialisées, adoptée par les Nations unies en 1947.

Ni Dominique Strauss-Kahn, ni Nafissatou Diallo ne seront présents à cette audience, qui intervient deux jours après la mise en examen de DSK à Lille, pour «proxénétisme en bande organisée» dans l’affaire du Carlton.

Aucune décision mercredi

Les avocats de Mme Diallo feront valoir, à l’inverse, que l’immunité invoquée par M. Strauss-Kahn dans la procédure civile ne peut pas s’appliquer, car elle était limitée aux «actes officiels». Et, soulignent-ils, les Etats-Unis ne sont pas partie de la Convention des agences spécialisées.

Le juge McKeon entendra les deux parties et leur posera des questions. Aucune décision n’est attendue mercredi. Le juge a prévu de communiquer sa décision par écrit dans les semaines qui suivront, a- t-il expliqué.

Nafissatou Diallo, muette et invisible depuis des mois, a accusé DSK de l’avoir contrainte à une fellation dans sa suite du Sofitel le 14 mai. Mais la procédure pénale avait été abandonnée le 23 août, le procureur estimant qu’elle ne pouvait pas être considérée comme un témoin crédible.

DSK a parlé d’une relation «inappropriée», mais a affirmé dans une interview télévisée en septembre qu’il n’y avait eu «ni violence, ni contrainte, ni agression». Si le juge McKeon décide que DSK bénéficiait d’une immunité, c’est la fin de la procédure civile. Sinon, la phase préparatoire du procès commencera. (afp/nxp)

(Créé: 28.03.2012, 06h29)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.