ACCUEIL 19.12.2014 Mis à jour à 23h21

Des tombes de soldats allemands ont été profanées

France

Alors que l'Allemagne et la France doivent célébrer dimanche à Reims le 50e anniversaire de la réconciliation, plus de 50 tombes de soldats allemands de la première guerre mondiale ont été profanées.

Mis à jour le 08.07.2012 2 Commentaires
Vue d'une nécropole allemande au cimetière de Sedan dans les Ardennes.

Vue d'une nécropole allemande au cimetière de Sedan dans les Ardennes.
Image: AFP

Partager & Commenter

Quelque 51 tombes de soldats allemands, ont été profanées dans un cimetière militaire du nord-est de la France, jetant une ombre sur le cinquantenaire de la réconciliation franco-allemande célébré dimanche par Angela Merkel et François Hollande.

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls avait dès samedi soir condamné "fermement la profanation" de ces "tombes de soldats allemands de la première Guerre Mondiale dans un cimetière militaire à Saint-Etienne-à-Arnes dans les Ardennes".

A peine quarante kilomètres séparent le village de Saint-Etienne-à-Arnes de Reims, où Angela Merkel et François Hollande sont attendus dimanche, 50 ans après la "messe de la paix" qui y avait été célébrée dans la cathédrale en présence de leurs prédécesseurs, le chancelier Konrad Adenauer et Charles de Gaulle.

Motifs inconnus

Aucun élément ne permettait de déterminer s’il s’agit d’une "action déterminée" ou "inconséquente de gens irresponsables", selon la préfecture des Ardennes. "On ne privilégie rien à ce stade, il faut être prudent", a ajouté la préfecture. Selon cette source, les faits ont pu avoir été commis dans la nuit de vendredi à samedi. "On n’a retrouvé aucune inscription ou tag laissant à penser à une revendication ou à un message politique", a déclaré la préfecture.

Dans ce cimetière de Saint-Etienne-à-Arnes, où reposent quelque 12.000 soldats de la Première Guerre mondiale, des croix en bois ont été "renversées ou cassées à leur base" et "quelques croix ont servi à faire un feu de camp", selon la même source. "De très nombreuses bouteilles d’alcool et de bière" ont été retrouvées à proximité du cimetière, a ajouté la préfecture.

La plupart des sépultures sont des tombes de soldats allemands, les autres sont celles de soldats français, a-t-on ajouté de même source, ignorant si les auteurs de cette profanation ont cherché à s’en prendre à des tombes allemandes ou françaises. Les gendarmes ont effectué sur place des opérations techniques et scientifiques pour tenter de retrouver des empreintes digitales ou génétiques.

Indignation

"A la veille de la grande cérémonie du cinquantenaire de réconciliation franco-allemande qui se déroulera à Reims en présence de la chancelière allemande et du président de la République, ces actes sont totalement intolérables", s’est indigné le ministère de l’Intérieur. Le ministre délégué aux Affaires européennes Bernard Cazeneuve a dénoncé dimanche "un acte indigne, d’une violence gratuite et bête".

"Je ne sais pas si c’est à cause des cérémonies prévues dimanche ou si ce sont des gamins. On n’a jamais eu ce type de problème, alors que ce cimetière est là depuis l’entre-deux-guerres", a déclaré Gilles Colson, maire du village.

Dimanche, une gerbe de fleurs sera déposée sur les lieux afin de "marquer l’attachement indéfectible de la République à l’amitié franco-allemande", a précisé le ministère. La réconciliation franco-allemande avait été officiellement scellée lors d’une visite officielle de Konrad Adenauer en France du 5 au 8 juillet 1962.

Le 8 juillet, le chancelier et le général de Gaulle avaient assisté ensemble à une messe dans la cathédrale de Reims, en partie détruite durant le premier conflit mondial. Deux mois plus tard, De Gaulle s’était rendu en visite officielle en République fédérale d’Allemagne.

Dimanche à 10H00 GMT, François Hollande et Angela Merkel célèbrent les 50 ans de la réconciliation franco-allemande à Reims (est), alors que l’Europe est en proie à une grave crise qui atteint le couple franco-allemand, moteur historique de la construction européenne. (ap/Newsnet)

Créé: 08.07.2012, 08h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Jean-Paul Costantini

08.07.2012, 12:16 Heures
Signaler un abus 26 Recommandation 0

Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort lente (Brassens). La guerre est une ignominie et les soldats sont hélas obligés d'y participer, même s'ils ne sont pas d'accord, sous peine d'être exécutés pour trahison. Les chefs ne vont pas au front. Ceux qui aujourd'hui profanent des tombes de soldats "morts pour leur patrie", sont des incultes, ramollis du bulbe, ne pensant qu'à nuire aux autres. Répondre


Jean COLIN

08.07.2012, 14:22 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Quand on est bourré, on fait n'importe quoi. On ne respecte même pas les pauvres diables envoyés à la boucherie et morts dans des tombes sans fin (les tranchées) qu'ils soient d'un bord ou de l'autre. Les profanateurs s'identifient peut-être aux héros de la 1ère GM : l'alcool, cet ennemi/ celui qui recule devant l'ennemi est un lâche. Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons