ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 01h10

Fillon agacé quand on lui parle de Copé

France

Répondant à des questions de militants, l'ancien Premier ministre français a dû faire face à une femme qui lui parlait en bien de son rival.

Mis à jour le 23.07.2012
«Copé a fait pas mal de choses», a lancé la militante à François Fillon. «Bien sûr, bien sûr, mais c’est pas le sujet», lui a-t-il répondu agacé. Les deux hommes sont en lice pour la présidence de l'UMP.

«Copé a fait pas mal de choses», a lancé la militante à François Fillon. «Bien sûr, bien sûr, mais c’est pas le sujet», lui a-t-il répondu agacé. Les deux hommes sont en lice pour la présidence de l'UMP.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

François Fillon, qui s’est livré lundi à un jeu de questions-réponses avec des militants UMP lors d’un déplacement dans les Vosges, a montré des signes d’agacement quand une dame l’a interrogé sur son rival pour la présidence de l’UMP, Jean-François Copé.

Copé pas un «sujet»

Donnant la parole aux militants à l’issue d’un discours dans la salle des fêtes de Saint-Michel-sur-Meurthe devant plusieurs centaines de personnes, l’ancien Premier ministre a été interpellé par une militante qui lui a lancé, après l’avoir questionné sur Nicolas Sarkozy: «Et Monsieur Copé ?»

«Vous n’avez pas besoin que je vous donne des nouvelles de lui. Vous le voyez tous les jours. Il viendra dans les Vosges, j’imagine», a-t-il lâché. «Oui mais il a fait pas mal de choses...», a rebondi la dame. «Bien sûr, bien sûr, mais c’est pas le sujet», a rétorqué l'ex-premier ministre, visiblement agacé, avant de retrouver le sourire: «Vous aurez un choix à faire entre des hommes et des femmes, entre des équipes et des projets. Il ne s’agit pas de critiquer les uns ou de critiquer les autres. Vous ne m’entendez jamais critiquer, c’est pas ma façon.»

Nicolas Sarkozy a la cote

L’ex-Premier ministre s’est montré plus empressé pour donner des nouvelles de l’ancien président de la République: «Il va bien, on se parle souvent et je suis convaincu que, très vite, nos concitoyens se rendront compte de ce qu’ils ont perdu.» «Si vous voulez que je vous donne des nouvelles personnelles» de Nicolas Sarkozy, «il fait beaucoup de vélo», a-t-il ajouté.

Dans son discours, Fillon a rappelé qu’il n’avait «pas pris facilement la décision» de briguer la présidence de l’UMP, lui qui ne songe pas, contrairement à d’autres, à «être président de la République ou ministre depuis des années»... Une pique à Copé, qui rêve de l’Elysée depuis toujours.

Il a rappelé aux militants que le congrès de l’UMP de novembre serait l’occasion d’élire non seulement un président -le dernier étant Nicolas Sarkozy, a-t-il insisté- mais «un ticket» avec également un vice-président délégué et un secrétaire général.

«Vous allez voter pour une équipe et mon équipe, elle est devant vous», a-t-il dit en désignant non pas deux... mais trois personnes: Valérie Pécresse, «réformatrice dans l’âme», Laurent Wauquiez, «très brillant», et son directeur de campagne, Eric Ciotti, qui aura «de grandes responsabilités» au parti s’il est élu président de l’UMP. (afp/Newsnet)

Créé: 23.07.2012, 19h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment