Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 02:16

France Fillon refuse tout accord avec le FN: «Nous serions balayés»

L'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a annoncé sa position face au parti français d'extrême droite. Il est par ailleurs candidat à la présidence de l'UMP face à Jean-François Copé.

François Fillon, lors des questions-réponses aujourd'hui devant des militants dans le Loiret, en France.

François Fillon, lors des questions-réponses aujourd'hui devant des militants dans le Loiret, en France. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En campagne pour la présidence de l’UMP devant les militants du Loiret, François Fillon a rejeté lundi toute idée d’accord avec le Front national, car «nous serions balayés par les Français» en s’alliant avec une formation qui dit «autant de bêtises».

Face à environ 200 militants réunis à Fleury-les-Aubrais, près d’Orléans, l’ancien Premier ministre, qui brigue la présidence de l’UMP, s’est prêté au jeu des questions-réponses avec la salle.

«Un parti qui tant de bêtises»

La première question a porté sur les relations avec le parti de Marine Le Pen, un militant suggérant de passer un accord avec le FN. Une «question absolument centrale» pour François Fillon, qui a prévenu: «Jamais je n’accepterai le moindre accord avec un parti qui dit autant de bêtises». L’ancien Premier ministre a ensuite brocardé le projet frontiste, mais essentiellement sur le plan économique.

«Quand vous ouvrez le programme du FN et que vous voyez que ce parti vous dit que si Mme Le Pen est élue présidente de la République, la première chose qu’elle va faire c’est augmenter tous les salaires de tous les Français (...) ensuite elle vous explique qu’elle va baisser le prix du pétrole, on se demande bien comment elle va le faire... elle vous explique qu’elle va revenir à la retraite à 60 ans», «qu’on va revenir au franc», «qu’on va sortir de l’Europe»..., a-t-il énuméré. «Et vous voudriez que je fasse un accord avec une formation politique qui dit autant de bêtises?», a-t-il demandé.

«On serait balayés par les Français, balayés. Peut-être qu’on gagnerait quelque pourcentage de voix immédiatement à notre droite» mais «on perdrait toute la confiance de tous les Français sérieux», a ajouté François Fillon.

Identité et intégration

Devant les militants, le candidat à la présidence de l’UMP, qui affrontera sans doute Jean-François Copé, s’est cependant montré ferme sur «la défense de la nation française»et «de notre identité».

«Les Français ne supportent pas qu’on accueille sur notre territoire des étrangers qui ne s’intègrent pas», a-t-il lancé, tout en affirmant que «nous ne sommes pas un pays qui refuse l’étranger» et en préférant utiliser le terme d’«assimilation» que celui d’«intégration». (afp/nxp)

(Créé: 10.07.2012, 05h51)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.