ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 23h59

François Georges Hollande, 7e président de la Ve République

Portrait

L'ex-premier secrétaire du Parti socialiste a tout fait pour se donner une carrure présidentielle. Et tout, dans son parcours, l'y a préparé.Portrait de ce nouveau chef de l'Etat qui promet «le changement maintenant».

Par Marion Moussadek. Mis à jour le 06.05.2012 65 Commentaires

1/21 26 mai 1981
François Hollande place de la Bourse à Paris. Il s'était présenté aux élections législatives sous l'étiquette socialiste contre Jacques Chirac dans la 3e circonscription de la Corrèze.
Image: AFP

   

Galerie Photos

L'anecdote

Jeune majeur, François Hollande se retrouve au poste de police. En cause? Avec deux copains, il tentait de chiper les sièges d'une voiture abandonnée, afin de bricoler la camionnette qu'ils avaient achetée ensemble pour partir en virée l'été.

Fiche d'identité

57 ans, en concubinage après avoir vécu une vingtaine d'années en union libre avec la mère de ses 4 enfants, Ségolène Royal
Son parti: Le Parti socialiste (PS)
Son slogan: «Le changement, c'est maintenant»
Voix obtenues: 51,1%
En savoir plus: www.francoishollande.fr, www.parti-socialiste.fr et www.depute-francoishollande.fr

5 mesures-clés

–Création de 150 000 emplois dits «d'avenir»
–Réduction de 50% de la part du nucléaire d'ici 2025
–Renégociation du dernier traité européen concernant la stabilité budgétaire
-Mutualisation des dettes européennes via la création d'euro-obligations
–Droit de vote des étrangers aux élections locales

François Hollande enfariné

Ses livres

–«Changer de destin», Editions Robert Laffont, Paris, février 2012, 180 pages
–«Le rêve français», Editions Privat, Paris, août 2011, 286 pages

–«Droits d'inventaire», Editions Seuil, Paris, novembre 2009, 394 pages
–«Devoirs de vérité», Dialogue avec Edwy Plenel, Editions Stock, Paris, mai 2006, 294 pages

Le dernier homme de gauche à avoir dirigé la France s'appelait aussi François. Dix-sept ans après que Mitterrand a tiré sa révérence, la cinquième puissance mondiale bascule à gauche. Ereintée par 5 ans de Sarkozie vainement hyperactive. Offusquée par son indécence. Essorée par 5 ans de crise économique qui ont fini de détricoter le tissu industriel du pays. En 2012, l'Hexagone, à rebours du reste de l'Europe dominé par des dirigeants libéraux, a voté pour le socialisme. Portrait.

Un père d'extrême-droite et une adolescence privilégiée passée entre les beaux quartiers de Neuilly et le château familial au sud du Havre. C'est le cadre de vie insoupçonné de François Gérard Georges Hollande, qui a fréquenté tout ce que Paris compte d'écoles de renom: HEC, Sciences-Po et l'ENA, dont il sort huitième de sa promotion (la même année où son prédécesseur à l'élection présidentielle, Ségolène Royal, en sortait avant-dernière...).

Si, en 2007, François Hollande a renoncé à être candidat aux élections présidentielles au profit de son ex-compagne désignée dès le premier tour des «primaires citoyennes», l'affaire DSK lui a inopinément laissé une voie royale pour s'imposer en 2012.

De lui-même, il dit être «le produit de la méritocratie française». Car si le foyer Hollande ne manquait pas d'argent, François a cravaché pour y arriver et n'a jamais eu froid aux yeux. Pas même lorsque, en 1981, il s'est agi de briguer un siège de député face à Jacques Chirac lui-même, de 22 ans son aîné, et sur ses propres terres corréziennes, qui sont depuis aussi devenues les siennes. Il n'a alors que 27 ans et perd lourdement face au maire de Paris. Qu'importe. François s'accroche, retente sa chance aux élections suivantes et devient député de Tulle, fonction dont il ne s'est jamais départi depuis, sauf de 1993 à 1997.

Flamby

On le dit «mou». Tout le contraire de son concurrent Sarkozy, que les Anglais appellent Speedy. Son propre camp ne lui fait pas de cadeau: Arnaud Montebourg le surnomme Flamby dès 2003. On l'affuble aussi d'un autre sobriquet: Oui-Oui. Laurent Fabius le traite de «fraise des bois» et lâche même un ironique «Hollande président, on rêve».

Malgré les apparences, son parcours transpire plutôt l'énergie: sous son mandat de premier secrétaire (1997-2008), le PS a relevé la tête, s'emparant de 24 des 26 régions et des mairies de Paris et Lyon (troisième ville de France).

Mais rien n'y fait. Son physique, un peu rondouillard, et son visage avenant – «Jamais vu un type si sympa. En une heure, vous êtes son pote!», confie un élu à L'Express en 2011 – donnent envie de lui taper dans le dos plutôt que de le suivre comme un leader charismatique. Lionel Jospin ira même jusqu'à lui dire, avant de le regretter: «François, ton humour te perdra».

Pour certains, François Hollande qui était à l'école avec Christian Clavier et Thierry Lhermitte, a raté sa carrière. Mais à la mort de sa mère, en 2008, François prend le taureau par les cornes: «Quelque chose s'est modifié en lui à ce moment-là, comme s'il avait décidé d'accomplir le rêve qu'elle avait pour lui», dit son biographe Serge Raffy.

Jospin «lavé de ses peines»

«Alors j'ai pris la route, à mon rythme, sans tenir compte des pronostics, des coteries, des commentaires goguenards de ceux qui prévoient tout et ne voient rien», annone-t-il.

Ce tournant fera dire à l'acteur Daniel Guenish que «c'est une sorte de Barack Obama à la française. Au début, on n'en donnait pas cher, comme Obama face à Hillary Clinton. Mais il a fait une formidable campagne. Il possède une grande intelligence et un humour profond, métaphysique».

Il perd 15 kilos. Commence à oser parler à la première personne. «Le petit commissionnaire sans envergure», comme le considéraient Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn – qui a carrément oublié de l'inviter à ses 60 ans fêtés en grandes pompes avec tout le gratin politique en juin 2009 – prend un coach vocal: l'ancien de la «Star Ac'» Marco Beacco. Désormais, il dit «je» à tout bout de champ et range toutes ses prétentions derrière le mot «justice».

«Quand ma présidence sera jugée par les Français, s'ils me donnent leur suffrage, je veux qu'on dise, avec le recul du temps, "son quinquennat a été juste"». Il poursuit: «Ce simple mot guidera toute mon action. Si l'on est juste, on peut être ferme, on peut exiger l'effort, refuser la facilité, demander des sacrifices s'ils sont nécessaires"».

Il collait des affiches

Des sacrifices, Hollande a su en faire, lui qui a commencé en donnant un coup de main pour faire les photocopies au QG mitterrandien et qui, à l'aube, collait des affiches dans les rues de la capitale. Pudique, il est insondable même pour son propre fils: «Quand on est dans une pièce avec lui, on a l'impression qu'il y a une dizaine de portes autour de lui. On ne sait jamais par où il va sortir», lâche Thomas, dont il est capable d'oublier la soirée l'anniversaire – au grand dam de sa mère Ségolène Royal – pour aller parler de son engagement à la radio.

Passionné, celui qui avait été réformé de l'armée pour myopie, a délibérément fait marche arrière et fini par faire son service militaire, par souci égalitaire. Il aurait même dit, à l'époque: «Comme je serai président, il faut que je l'aie fait». (Newsnet)

Créé: 06.05.2012, 19h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

65 Commentaires

0% France

06.05.2012, 21:10 Heures
Signaler un abus 28 Recommandation 0

C'est beau la victoire du PS à la Bastille, avec le drapeau algérien qui flotte au-dessus des autres... Répondre


The Boss

06.05.2012, 20:07 Heures
Signaler un abus 22 Recommandation 1

Bravo aux Français, qui n'ont rien compris ! Dans 3 ans au maximum, l'Exagone sera dans la même mouise que l'Espagne... ou pire. Les Suisses vous disent merci d'avance pour tout le fric qui va arriver dans leurs caisses. Les Marshmallows au pouvoir, le fric dans nos tiroirs ! Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne