ACCUEIL 30.7.2016 Mis à jour à 05h00

François Hollande hué au Salon de l'Agriculture

Paris

Des dizaines de manifestants du principal syndicat d'agriculteurs ont également démonté le stand du ministère de l'agriculture.

Mis à jour le 27.02.2016 20 Commentaires
Près de 700'000 visiteurs sont attendus jusqu'au 6 mars au très populaire Salon de l'Agriculture.

Près de 700'000 visiteurs sont attendus jusqu'au 6 mars au très populaire Salon de l'Agriculture.

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

François Hollande a inauguré samedi sous les huées et les insultes le traditionnel Salon international de l'agriculture à Paris. La grogne des agriculteurs français est telle qu'ils s'en sont pris violemment au stand du ministère concerné.

«Il s'en fout complètement de nous», «bon à rien», «connard», «fumier»: une haie d'éleveurs en colère a accueilli avec des bordées d'injures le chef de l'Etat, arrivé dès l'aube sur le site du salon, dans le sud de Paris.

Un peu plus tard, des dizaines de manifestants du principal syndicat d'agriculteurs ont démonté le stand du ministère de l'agriculture et protesté, poussant les forces de l'ordre à intervenir. Au moins deux agriculteurs ont été interpellés.

«Les cris de détresse, je les entends», a immédiatement réagi M. Hollande après les premiers sifflets. «Si je suis là aujourd'hui, c'est pour montrer qu'il y a une solidarité nationale», et «on va tout faire» pour aider l'agriculture, a-t-il déclaré.

Un peu plus tard dans la matinée, il a estimé qu'il ne fallait «pas confondre toutes les colères», entre agriculteurs pour certains «au bord de la disparition» et contestation du projet de loi réformant le droit du travail, sur lequel il entend «trouver le bon équilibre».

«Si les agriculteurs viennent à disparaître, si les exploitations viennent à fermer, c'est tout le pays qui aura à en souffrir», a encore déclaré le président français.

Ciel ombrageux

Les nuages se sont accumulés sur les fermes françaises en 2015, en premier lieu pour l'élevage. Les prix de la viande bovine, porcine, et du lait se sont effondrés sous l'effet de la fin des quotas laitiers européens, de l'embargo russe et du recul de la demande chinoise. La surproduction mondiale de blé a ensuite entraîné les céréaliers dans la tourmente, suivis par les producteurs de légumes, plombés par la douceur de l'hiver.

Les épizooties sont venues achever le tableau: fièvre catarrhale ovine et grippe aviaire ont poussé nombre de pays importateurs à fermer leurs portes à la viande bovine française ainsi qu'à la volaille et au foie gras.

En outre, le Salon de l'agriculture de cette année s'est ouvert à deux jours de la fin des négociations annuelles entre les grandes surfaces et leurs fournisseurs, qui se déroulent dans un climat exécrable. La grande distribution, engagée depuis plusieurs années dans une guerre des prix, impose des baisses de plus en plus importantes aux industriels dont elle achète les produits, ce qui pousse les fabricants à répercuter ces baisses sur les agriculteurs.

Loi à revoir

«Il y a des pressions qu'il faut exercer ici en France sur la grande distribution», a estimé samedi François Hollande, en promettant de revoir la loi qui organise les relations entre distributeurs et fournisseurs. Selon le gouvernement, plus de 40'000 exploitations sont en situation d'extrême urgence, et les actions de protestation, qui ont rythmé l'été, ont repris de plus belle depuis un mois.

Le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll et le Premier ministre Manuel Valls n'ont rien ménagé ces derniers jours pour calmer les esprits. Même le commissaire européen pour ce secteur, l'Irlandais Phil Hogan, est venu jeudi à la rescousse pour assurer les agriculteurs français de sa détermination à trouver des solutions.

Concours de beauté politique

A 14 mois de l'élection présidentielle, ce Salon 2016, qui fermera dimanche 6 mars, est aussi celui des politiciens. Beaucoup feront leur apparition à Paris où quelque 700'000 visiteurs sont attendus.

«Il n'est pas question que le Salon se transforme une nouvelle fois en concours de beauté politique», a prévenu le syndicat des agriculteurs, qui compte demander à tous les élus de répondre à un «questionnaire précis» sur les questions qui préoccupent le monde paysan. (afp/nxp)

Créé: 27.02.2016, 11h34

20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

20 Commentaires

tinguely herve

27.02.2016, 08:44 Heures

a ce salon on devrait faire un enclos spécial pour certains politique est interdit de les nourrir je suis charlie Répondre


Alexandre Van den Broeck

27.02.2016, 09:26 Heures

les agriculteurs ne veulent pas d'aides financières mais qu'on leur achète leurs produits au juste prix ! Les aides ne font que maintenir leurs têtes hors de l'eau mais ne résolvent rien au long terme... Répondre



Sondage

Trouvez-vous le concours de Miss Suisse désuet?



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne