Jeudi 8 décembre 2016 | Dernière mise à jour 18:58

France Ikea évince ses dirigeants soupçonnés de surveillance illégale

Ikea France a annoncé vendredi le départ de quatre dirigeants, dont son ancien patron. Ils sont soupçonnés d'être mêlés au scandale de surveillance illégale de salariés et de clients qui touche depuis février la filiale.

L'affaire de surveillance illégale avait éclaté en février, avec des révélations du <i>Canard enchaîné</i> accusant la filiale française du groupe suédois d'avoir «fliqué» des salariés et des clients.

L'affaire de surveillance illégale avait éclaté en février, avec des révélations du Canard enchaîné accusant la filiale française du groupe suédois d'avoir «fliqué» des salariés et des clients. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Un ancien directeur général de Ikea France, une ancienne directrice des ressources humaines, un ancien directeur financier et l'actuel directeur gestion du risque de Ikea France vont quitter leur fonction et le groupe Ikea», a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Ces départs sont justifiés par «des pratiques contraires aux valeurs et standards éthiques (qui) ont été malheureusement constatées au sein de Ikea France», et sont prises «très au sérieux», souligne Ikea France.

L'affaire avait éclaté en février, avec des révélations du Canard enchaîné accusant la filiale française du groupe suédois d'avoir «fliqué» des salariés et des clients. L'entreprise se serait procuré des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers, ou leurs comptes en banque.

Selon l'hebdomadaire satirique, la «direction risque» d'Ikea avait passé un accord avec des enquêteurs privés lui fournissant des informations issues d'un fichier policier et de ceux des cartes grises et des permis de conduire.

Les données recueillies concernaient, d'après le «Canard», des salariés avant embauche, des syndicalistes, voire des clients en cas de différend commercial. Les renseignements auraient ensuite été transmis par mail à toute une série de cadres dirigeants.

Les remous provoqués par l'affaire ne sont pas terminés. Il faut maintenant compter avec la justice qui a ouvert une information judiciaire pour infraction à la législation sur les fichiers informatiques et violation du secret professionnel. (ats/afp/nxp)

(Créé: 18.05.2012, 15h09)

Sondage

Donnez-vous volontiers à des organismes caritatifs?






Sondage

Seriez-vous tenté par un smartphone low cost à moins de 100 francs?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.