Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 16:07

Crise de la dette L'Espagne tangue, l'euro fléchit, les Bourses ploient

Les difficultés croissantes de Madrid et de ses banques, en particulier de Bankia, pèsent sur les Bourses européennes qui ont toutes ouvert sur une baisse significative mercredi matin. La monnaie unique accuse le coup.

Madrid cherche à sauver seule la troisième banque du pays, Bankia, dont la faillite aurait de graves conséquences pour l'Espagne et le reste de la zone euro.

Madrid cherche à sauver seule la troisième banque du pays, Bankia, dont la faillite aurait de graves conséquences pour l'Espagne et le reste de la zone euro. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Paris a ainsi démarré sur un recul de 1,08%, Londres de 0,74% et Francfort de 0,56%. Peu après l’ouverture Madrid baissait de 1,12% et Milan de 2,13%. Juste avant 10 heures, la Bourse suisse était en recul de 0,33%. La veille, l’espoir d’une intervention de la Banque centrale européenne (BCE) avait soutenu les cours en Europe et à New York. Mais des articles du «Wall Street Journal» et du «Financial Times», affirmant que la BCE s’oppose à l’idée de Madrid d’injecter des obligations souveraines dans Bankia, qui pourrait les déposer auprès de l’institution monétaire en échange d’argent frais, ont douché mercredi matin l’optimisme.

19 milliards à trouver

Bankia, troisième banque du pays par les actifs, a besoin de 23,5 milliards d’euros (28,2 milliards de francs), dont 19 restent encore à trouver, un casse-tête pour le gouvernement dont les marges de manœuvre sont très réduites.

«L’Espagne semble avoir remplacé la Grèce, au moins pour l’instant, comme source de tous les maux et cela devrait continuer jusqu’aux élections grecques du 17 juin», a estimé Chris Weston, analyste chez IG Markets.

«Le gouvernement espagnol perd chaque jour un peu plus de crédibilité quant à sa capacité à gérer la restructuration de son secteur bancaire, d’autant que la BCE aurait opposé une fin de non- recevoir aux propositions de recapitalisation de Bankia, nécessitant son intervention indirecte», ont aussi commenté les analystes du Crédit Mutuel-CIC en se référant à l’article du FT.

L’euro accuse le coup

Et comme l’a souligné M. Weston, «la démission du gouverneur de la Banque d’Espagne M. Ordonez n’aide pas». Miguel Ordonez a annoncé mardi soir son intention de quitter son poste le 10 juin, un mois avant la date prévue.

L’euro accusait également le coup mercredi matin et s’échangeait à son niveau le plus bas depuis près de deux ans face au dollar.

A 9h25, l’euro valait 1,2462 dollar contre 1,2503 dollar mardi vers 23h. La devise européenne était descendue brièvement à 1,2461 dollar mardi, son plus bas niveau depuis le 1er juillet 2010, avant de se reprendre. Face au franc, l’euro valait 1,201 franc.

(Créé: 30.05.2012, 11h18)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.