Mercredi 31 août 2016 | Dernière mise à jour 23:56

Turquie L'UE veut un «cessez-le-feu immédiat»

Les combats entre les rebelles kurdes du PKK et les forces d'Ankara ont repris depuis l'été 2015.

Des manifestants pro kurdes lancent des pierres sur un véhicule de police dans le sud-est du pays.

Des manifestants pro kurdes lancent des pierres sur un véhicule de police dans le sud-est du pays. Image: Archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé lundi à un cessez-le-feu immédiat dans le sud-est de la Turquie. La région est en proie à de violents combats entre les forces de sécurité turques et les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan.

«Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat dans le sud-est», a déclaré devant la presse Federica Mogherini à l'issue d'un entretien avec les dirigeants turcs à Ankara, précisant que l'Union européenne (UE) «condamne fermement toutes les formes de terrorisme». Le ministre turc des Affaires européennes Volkan Bozkir lui a immédiatement répondu que son pays entendait continuer son combat contre les rebelles kurdes.

Lutte contre le terrorisme

«En tant que pays souverain, la Turquie continuera son combat contre toutes les organisations terroristes, y compris le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui menacent sa sécurité nationale», a assuré Volkan Bozkir lors de la même conférence de presse. «En le faisant, nous essayons de protéger les droits de nos citoyens», a-t-il plaidé.

Après plus de deux ans de cessez-le-feu, le conflit kurde a repris depuis l'été dernier. Les affrontements ont fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés à l'automne 2012 par le gouvernement islamo-conservateur turc pour tenter de mettre un terme à une rébellion qui a fait plus de 40'000 morts depuis 1984.

Les affrontements en cours, notamment dans plusieurs villes sous couvre-feu du sud-est à majorité kurde de la Turquie, ont fait de nombreuses victimes dans les deux camps, ainsi que des dizaines de civils selon les ONG. (ats/nxp)

(Créé: 25.01.2016, 13h52)

Sondage

Indiquer la présence d'un radar sur les réseaux sociaux est-il acceptable?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.