ACCUEIL 18.4.2014 Mis à jour à 12h31

L'ex-ministre Eric Woerth chez le juge

France

Le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 se retrouve dans le collimateur de la justice française avec la convocation mercredi de l'un de ses plus proches lieutenants.

Mis à jour le 08.02.2012
Eric Woerth, 56 ans, qui a porté l'emblématique réforme des retraites, a quitté le gouvernement en novembre 2010.

Eric Woerth, 56 ans, qui a porté l'emblématique réforme des retraites, a quitté le gouvernement en novembre 2010.
Image: AFP

L'ex-ministre Eric Woerth est soupçonné d'avoir reçu de l'argent liquide de la milliardaire Liliane Bettencourt.

Ancien ministre du Travail, ancien trésorier du parti majoritaire UMP et de la campagne présidentielle victorieuse de 2007, Eric Woerth est arrivé mercredi matin au tribunal de Bordeaux, où il pourrait être inculpé par un juge d'instruction.

Une telle inculpation de ce pilier du système Sarkozy serait embarrassante pour le président français qui doit rendre officielle dans les prochaines semaines sa candidature à un second mandat. Il est à ce stade donné largement perdant par les sondages face au candidat socialiste, François Hollande.

Financement politique réglementé

Eric Woerth, 56 ans, qui a porté l'emblématique réforme des retraites, a quitté le gouvernement en novembre 2010. Il avait été emporté dans la tourmente de la tentaculaire affaire Liliane Bettencourt, du nom de la riche héritière des cosmétiques L'Oréal, troisième fortune de France.

Dans les méandres d'un différend familial, opposant la dame de 89 ans à sa fille, les médias et la justice ont mis au jour des soupçons d'abus de faiblesse, de favoritisme et de financement politique illicite.

Eric Woerth a toujours nié avoir commis le moindre délit. Il doit en particulier se défendre des accusations émanant de l'ancienne comptable des Bettencourt, Claire Thibout.

Mauvaise posture

Celle-ci a affirmé à plusieurs reprises à la police et à la justice qu'il lui avait été demandé début 2007 de retirer 150'000 euros destinés à être remis à Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP.

Elle a déclaré au final avoir remis 50'000 euros en espèces à l'ancien homme de confiance de la milliardaire, Patrice de Maistre. Celui-ci lui aurait laissé entendre qu'il les remettrait le lendemain à Eric Woerth pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy.

Le financement politique en France est strictement règlementé depuis les années 1990. Les dons à des partis ou des personnalités sont possibles, mais strictement limités.

Une mise en examen marquerait un nouveau coup d'arrêt à la carrière politique d'Eric Woerth, spécialiste des dossiers financiers complexes et dont le nom fut cité pour le poste de Premier ministre. Avant que n'éclate l'affaire Bettencourt. (ats/Newsnet)

Créé: 08.02.2012, 14h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment