Samedi 24 septembre 2016 | Dernière mise à jour 22:35

Norvège La France et Facebook sollicités pour le cas Breivik

Afin de mieux comprendre la personnalité d'Anders Breivik, auteur d'un carnage qui a causé la mort de 77 personnes le 22 juillet dernier, la police norvégienne a demandé mardi l'aide de la justice française et de Facebook.

Anders Breivik le 6 février 2012 à la Cour de justice d'Oslo.

Anders Breivik le 6 février 2012 à la Cour de justice d'Oslo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police norvégienne a sollicité l’assistance de la justice française et de Facebook en vue de mieux cerner la personnalité d’Anders Behring Breivik, à l’origine du carnage le plus sanglant commis en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale, a indiqué un responsable de l’enquête mardi.

Près de sept mois après les attaques qui ont fait 77 morts le 22 juillet, les enquêteurs souhaitent toujours entendre le père de leur auteur, Jens Breivik, ancien diplomate qui a pris sa retraite dans le sud de la France.

«Nous avons envoyé une demande d’entraide judiciaire et nous espérons pouvoir l’auditionner avant le début du procès» le 16 avril, a déclaré le procureur de la police Paal-Fredrik Hjort Kraby dans un entretien téléphonique.

«Il ne veut pas venir en Norvège ni se rendre à l’ambassade ou dans un consulat de Norvège où nous pourrions l’interroger et nous avons donc dû solliciter l’assistance des autorités françaises», a-t-il dit.

Les enquêteurs souhaitent donc que le septuagénaire puisse être entendu, en leur présence, par la police française.

Contacts sur Facebook

«Le père n’a pas vu le suspect depuis plusieurs années, il n’a pas vécu avec lui depuis l’âge d’un an et il est donc périphérique mais il est tout de même important pour comprendre le personnage» de l’extrémiste de droite, a expliqué M. Hjort Kraby.

Les enquêteurs norvégiens ont aussi demandé à Facebook de leur fournir les informations sur les comptes ouverts par Anders Behring Breivik et supprimés depuis. «Ils sont normalement très restrictifs quand il s’agit de fournir ce genre d’informations et ils ne le font qu’à titre exceptionnel. Mais nous avons reçu des signaux comme quoi ils veulent bien nous aider», a indiqué M. Hjort Kraby.

«Là aussi, il s’agit de cartographier les contacts qu’il a eus, avec qui il a dialogué et qui était ses amis», a-t-il ajouté. Selon la police, Behring Breivik, qui se dit en guerre contre le multiculturalisme et «l’invasion musulmane» en Europe, a vraisemblablement planifié et exécuté les attaques seul.

Le 22 juillet, déguisé en policier, il avait fait feu pendant plus d’une heure sur un rassemblement de jeunes travaillistes sur l’île d’Utoeya, près d’Oslo, après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien. (afp/nxp)

(Créé: 14.02.2012, 15h32)

Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.