ACCUEIL 29.7.2014 Mis à jour à 22h33

La crispation remonte d'un cran à l'UMP

Copé/FIllon

Même Nicolas Sarkozy est «excédé» par la guerre des chefs qui gangrène depuis trois semaines son parti, l'UMP. Jean-François Copé a proposé ce dimanche de revoter en 2014, sans convaincre François Fillon.

Mis à jour le 02.12.2012 4 Commentaires
Jean-François Copé.

Jean-François Copé.
Image: AFP

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Dernier épisode en date dans ce conflit, l'ex-premier ministre François Fillon a réitéré dimanche son exigence d'un nouveau vote à l'UMP dans les plus brefs délais. Jean-François Copé, secrétaire général sortant de ce parti dont il a été proclamé président à l'issue du scrutin controversé du 18 novembre, a lui proposé de le faire en 2014.

M. Sarkozy avait, de son côté, auparavant fixé un ultimatum aux deux hommes qui se déchirent pour la présidence de l'UMP et dont le divorce est consommé: trouvez une solution sur un nouveau vote avant mardi ou «je dirai que vous êtes tous les deux disqualifiés» pour diriger l'Union pour un mouvement populaire (UMP).

MM. Fillon et Copé avaient, avant lui, ainsi que l'ancien ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, également adopté le ton martial de l'ultimatum face à cette crise politique, une des pires pour la droite française en plus de 50 ans. En vain.

Deux groupes

L'élection à la présidence de l'UMP de Jean-François Copé, tenant d'une droite dure, au terme d'un vote très serré entaché de fraudes, a accouché d'une droite divisée. Si le parti n'a pas officiellement implosé, ses députés siègent désormais à l'Assemblée nationale au sein de deux groupes parlementaires distincts selon qu'ils soutiennent M. Fillon ou M. Copé.

Les militants de l'UMP, obligés de suivre le «suicide en direct» de leur formation, pour reprendre les mots du quotidien conservateur Le Figaro, plébiscitent pour leur part l'idée d'un nouveau vote.

François Fillon exige une «direction collégiale» pour organiser ce scrutin, M. Copé réclamant que son rival dissolve d'abord son groupe dissident à la chambre basse du Parlement. Les deux clans ont mis fin la semaine dernière à toute négociation.

Révision des statuts

Dimanche, un soutien de Jean-François Copé, l'ancien ministre de l'Education Luc Chatel, a ouvert la porte à une solution en se ralliant à l'idée d'un nouveau vote des militants. Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, il a proposé «l'installation immédiate d'un groupe de travail sur les statuts et l'organisation d'un nouveau scrutin».

M. Fillon a alors repris la balle au bond, affirmant que ses partisans étaient prêts à rencontrer «dès lundi» les proches de M. Copé. Mais, dans la soirée, ce dernier a exclu tout nouveau vote à court terme pour la présidence de l'UMP, proposant plutôt d'organiser en janvier un référendum pour demander aux militants d'accepter de revoter en 2014.

M. Copé souhaite également que les militants entérinent une révision des statuts du parti. Il estime que celui qui dirigera à ce moment le parti ne devra pas être le candidat du parti à la présidentielle de 2017, manière selon lui d'éviter le psychodrame actuel. L'entourage de François Fillon a peu après qualifié d'inacceptable la proposition de M. Coppé, jugeant 2014 trop lointain.

L'ex-premier ministre a, quant à lui, dit dans un communiqué «se féliciter du consensus autour du principe d'un nouveau vote et de la nécessité de redonner la parole aux adhérents de l'UMP pour sortir notre mouvement de l'impasse», tout en soulignant que «ce nouveau vote doit avoir lieu dans les plus brefs délais et dans des conditions d'organisation impartiales, équitables et transparentes pour tourner rapidement cette triste page».

Sarkozy «excédé»

C'est dans ce contexte que Nicolas Sarkozy, qui s'est longuement entretenu avec les deux hommes jeudi et vendredi, intervient. Pour l'ancien président français, ont rapporté plusieurs sources UMP, la situation a «assez duré» et chacun des deux rivaux doit «faire un pas vers l'autre». En milieu de semaine, son entourage avait fait savoir qu'il était "excédé" par cette lutte fratricide.

Pour l'heure, il ne s'est pas exprimé publiquement. Comme tous les anciens présidents, M. Sarkozy, en retrait de la vie politique depuis sa défaite à la présidentielle de mai, est membre de droit du Conseil Constitutionnel, mais tenu à un devoir de réserve. (ats/Newsnet)

Créé: 02.12.2012, 21h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Bernard Michel

03.12.2012, 01:17 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 1

Juste une petite correction dans le titre.. Es ce qu'on ne pourrait pas mettre un s à trois semaines... Répondre


alain Buse

03.12.2012, 10:08 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Ces hommes politiques brillent par leur ambition demesuree et non leur competence . Quand on pense que chaque president francais ( il y en a 3 ) coute a la collectivite en " frais + divers " 1million d'euros/an ! On croit rever. Répondre