Samedi 3 décembre 2016 | Dernière mise à jour 16:11

Suisse-UE Le chef de la mission suisse à Bruxelles met en garde Berne

Si Berne en reste au statu quo et ne conclut pas de nouveaux accords bilatéraux avec l'UE, il faut s'attendre à des conséquences négatives, estime Jacques de Watteville, chef de la mission suisse à Bruxelles.

Jacques de Watteville met en garde contre l'option du statu quo en vogue dans certains cercles de l'économie et de la politique.

Jacques de Watteville met en garde contre l'option du statu quo en vogue dans certains cercles de l'économie et de la politique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'économie suisse devrait compter avec des désavantages supplémentaires, affirme l'ambassadeur dans un entretien publié lundi par la Berner Zeitung. «La Suisse doit empêcher que son accès au marché européen ne s'érode», insiste-t-il.

Jacques de Watteville met en garde contre l'option du statu quo en vogue dans certains cercles de l'économie et de la politique. S'il devient plus difficile d'exporter des produits de Suisse vers les Etats de l'Union européenne (UE), la production pourrait être partiellement délocalisée dans l'UE même. «Cela pourrait conduire à une perte d'emplois, de savoir-faire et de recettes fiscales en Suisse», explique-t-il.

Jacques de Watteville s'exprime alors qu'il s'apprête à reprendre le poste d'ambassadeur à Pékin après cinq ans à Bruxelles. Il sera remplacé dans la capitale belge par Roberto Balzaretti.

Questions institutionnelles

S'agissant des négociations et discussions avec l'UE, le diplomate a qualifié de «vrai défi» la nécessité de prendre en compte les revendications de l'Union tout en «défendant l'autonomie de la Suisse». Il faut faire preuve de créativité, a-t-il souligné.

Jacques de Watteville perçoit notamment une «irritation croissante» du côté de l'UE sur les questions institutionnelles. La Suisse peine en effet souvent à s'adapter à l'évolution du droit européen, la plupart des accords conclus entre les deux parties étant statiques et non pas dynamiques.

L'irritation monte aussi en raison du temps nécessaire à trouver un compromis en cas de différend, relève l'ambassadeur.

Et le climat s'est encore aggravé ces derniers temps après que le Conseil fédéral a activé la clause de sauvegarde contre huit États de l'Union, une décision qui provoque de «grandes vagues» dans l'UE, souligne Jacques de Watteville. (ats/nxp)

(Créé: 04.06.2012, 12h46)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.