Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 02:43

France Le fameux «tweet» continue de faire des vagues chez les Hollande

Les enfants de François Hollande ne veulent plus voir Valérie Trierweiler. Ils estiment que l'affaire du fameux «tweet» a détruit l'image de «normalité» que le président français s'est échiné à construire.

Le fils de François Hollande, Thomas, charge Valérie Trierweiler après l'affaire du «tweet».

Le fils de François Hollande, Thomas, charge Valérie Trierweiler après l'affaire du «tweet». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le fils de François Hollande, Thomas, estime que la compagne de son père, Valérie Trierweiler, a «détruit l’image normale» que le président de République avait construite avant son élection. Il estime qu’elle devrait choisir entre son métier de journaliste et son cabinet à l’Elysée.

Le fils aîné de François Hollande et Ségolène Royal, qui ont eu quatre enfants ensemble, s’exprime dans l’édition du journal Le Point du 12 juillet.

Entre les deux tours des élections législatives, Valérie Trierweiler a envoyé via twitter un message de soutien à Olivier Falorni, dissident PS et candidat face à Ségolène Royal à La Rochelle. Un épisode qui a été considéré comme le premier accroc grave de la présidence de François Hollande.

«Ça m’a fait de la peine pour mon père, il déteste tellement que l’on parle de sa vie privée. Ça détruit l’image normale qu’il avait construite», déclare Thomas Hollande dans Le Point.

«Ahuri»

Le jeune avocat de 27 ans dit avoir été «ahuri» par ce message de celle qui est la compagne de son père depuis le milieu des années 2000. «Je savais que quelque chose pouvait venir d’elle un jour, mais pas aussi gros, c’est hallucinant», ajoute-t-il.

Thomas Hollande, son frère Julien et ses soeurs Clémence et Flora ne veulent plus voir Valérie Trierweiler. «C’est logique non ? Et puis ce qui compte, c’est qu’on normalise les relations avec notre père», explique-t-il.

Thomas Hollande considère le rôle de Valérie Trierweiler, journaliste à Paris-Match, comme trop ambigu. «C’est un facteur d’instabilité. Soit elle est journaliste, soit elle a un cabinet à l’Elysée», estime-t-il.

«Et surtout, pas de deuxième tweet !», ajoute-t-il à l’adresse de la «première dame». Thomas Hollande souhaite par ailleurs un nouveau rôle pour sa mère Ségolène Royal, battue aux législatives mais toujours présidente de la région Poitou-Charentes.

«Ministre, pourquoi pas, dans quelques mois: en politique, on n’est jamais mort», dit-il. L’Elysée n’a fait dans l’immédiat aucun commentaire sur cet entretien. (ats/nxp)

(Créé: 11.07.2012, 19h39)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.