ACCUEIL 29.7.2014 Mis à jour à 03h32

Les avocats de DSK dénoncent un dossier «creux, vide, surfait»

Affaire du Carlton

«Les infractions reprochées à Dominique Strauss-Kahn sont inexistantes», clament les avocats de l'ex-directeur du FMI inculpé hier à Lille pour proxénétisme.

Mis à jour le 27.03.2012 5 Commentaires
L’audition de Dominique Strauss-Kahn par les juges lillois a été avancée de deux jours à lundi par les magistrats.

L’audition de Dominique Strauss-Kahn par les juges lillois a été avancée de deux jours à lundi par les magistrats.
Image: Keystone

Le dossier dans le cadre duquel Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen (inculpé) à Lille, dans le nord de la France, pour proxénétisme aggravé en bande organisée est "creux, vide, surfait", et s’effondrera s’il est soumis à un débat contradictoire, ont déclaré mardi ses avocats.

Me Henri Leclerc a jugé que son client "aurait dû avoir le statut de témoin assisté", au moment de son interrogatoire lundi par les juges chargés de l’affaire de prostitution dite du Carlton (un hôtel de luxe de Lille). Ce statut est intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mis en examen.

"Les infractions reprochées à DSK sont inexistantes", a ajouté l’avocat. "En réalité, il n’y a pas d’éléments à charge contre DSK", a-t-il insisté au cours d’une conférence de presse. "Ce dossier est creux, vide, surfait", a-t-il affirmé.

Interdiction de communiquer

L’audition de Dominique Strauss-Kahn par les juges lillois a été avancée de deux jours à lundi par les magistrats, en accord avec sa défense, "pour éviter le barnum" engendré par une présence massive de journalistes, a précisé Me Henri Leclerc. L’audition de DSK, initialement prévue pour mercredi, s’est achevée par sa mise en examen.

Me Leclerc a également regretté l’interdiction de communiquer faite à son client. "Cette interdiction de communiquer est une mesure vexatoire et inutile", a-t-il déclaré, évoquant une "situation étrange".

L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) a été mis en examen lundi à Lille pour "proxénétisme aggravé en bande organisée", une décision dont ses avocats vont faire appel, tandis qu’une première audience au civil dans l’affaire Nafissatou Diallo doit se dérouler mercredi à New York.

Dans l’affaire de Lille, les magistrats cherchent notamment à déterminer si DSK savait que les participantes à des soirées libertines auxquelles il avait pris part, notamment à Paris et à Washington, étaient rémunérées. (afp/Newsnet)

Créé: 27.03.2012, 16h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

C. Forget

27.03.2012, 18:24 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Si on devait poursuivre tous ceux qui font comme lui ... Répondre


Ursule Champolion

27.03.2012, 17:54 Heures
Signaler un abus

oh encore un pauvre homme sur qui les médias et la justice s'acharnent alors qu'il désirait juste passer du bon temps en compagnie d'amies de fraîche date,à qui il a dû avancer l'argent du voyage...évidemment cet homme se déplaçant énormément, les amies de fraiche date devant le suivre dans ses déplacements...cela entraîne des faux frais....Bref cela sent le pas frais du tout, le pourri, tout ça. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne