ACCUEIL 20.12.2014 Mis à jour à 10h50

Manuel Valls ne promet «ni angélisme ni course aux chiffres»

Sécurité

Le nouveau ministre de l'Intérieur n'a pas manqué de tacler son prédécesseur Claude Guéant lors de la passation de pouvoirs.

Mis à jour le 17.05.2012 7 Commentaires
Le ministre sortant, Claude Guéant, écoute le discours de son successeur, Manuel Valls.

Le ministre sortant, Claude Guéant, écoute le discours de son successeur, Manuel Valls.
Image: AFP

Galerie Photos

Les principaux visages du gouvernement français

Les principaux visages du gouvernement français
Au lendemain de sa nomination, le nouveau premier ministre français Jean-Marc Ayrault a fait connaître la liste de son gouvernement. On y trouve un mélange de ténors du Parti socialiste et des têtes moins connues faisant partie de la jeune garde de la gau

Articles en relation

Partager & Commenter

Le nouveau ministre de l'Intérieur Manuel Valls a promis jeudi, à l'issue de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur Claude Guéant, qu'il n'y aurait «ni angélisme ni course aux chiffres» en matière de sécurité, «ni stigmatisation de communautés».

«Il n'y aura ni angélisme, ni course effrénée aux chiffres, ni stigmatisation de communautés, d'une catégorie par rapport à une autre, notre pays a besoin de tempérance et de mesure, les Français vivent une période difficile», a déclaré le ministre sur le perron de la Place Beauvau.

«Dans cette période, l'ordre républicain», auquel il a fait référence à plusieurs reprises «et le progrès social doivent être parfaitement compatibles, a-t-il ajouté.»

«La République est partout, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque quartier pour que ses règles et ses principes soient les mêmes pour tous et pour chacun, j'y veillerai», a promis le nouveau ministre.

Message aux policiers et aux militaires

Il a adressé un «message de confiance à tous les fonctionnaires de police, des préfectures, de la sécurité civile, à tous les militaires de la gendarmerie». Ils ont «une mission essentielle», a-t-il poursuivi. «Je serai un ministre attentif aux conditions dans lesquelles ils réalisent ces missions.»

«Pour celui qui n'est pas né en France (ndlr, né en Espagne), qui est devenu Français, qui a appris à aimer ce pays, ses valeurs, sa devise, sa culture, sa langue, son drapeau, devenir ministre de l'Intérieur, cela montre bien que ce pays est un pays un peu à part (dont) il faut souligner davantage la force et les atouts», a souligné Manuel Valls.

Il venait de saluer Claude Guéant: «C'est un jour important pour vous, une page qui se tourne (...) servir la France est un honneur et une fierté.»

Visiblement ému de quitter un ministère dans lequel, a-t-il dit, «j'ai donné l'essentiel de ma vie professionnelle», Claude Guéant a adressé ses «voeux de succès» à Manuel Valls, et rendu hommage aux personnels de ce ministère, dont il a notamment salué la loyauté.

Les deux hommes s'étaient entretenus auparavant une vingtaine de minutes dans le bureau ministériel, pendant que le nouveau directeur de cabinet, Jean Daubigny, faisait de même avec son prédécesseur, Stéphane Bouillon.

Le ministre sortant avait également présenté à son successeur les responsables des différents services de l'Intérieur. (afp/Newsnet)

Créé: 17.05.2012, 15h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

7 Commentaires

on croit rèver mais non

17.05.2012, 16:18 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Avec 60% des emplois français dans la fonction publique donc payés par l'Etat, 20% sans emplois et assistés sociaux, il ne reste que 20% pour entretenir tout le monde! Bonjour les PME, bonjour les français et bonne chance. Vous l'avez voulu et vous l'avez eut votre FH, alors assurmez et ne venez par piquer tous nos emplois chez nous! Patrons CH SVP " privilégiez les emplois des résidents suisses". Répondre


on croit rèver mais non

17.05.2012, 15:58 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 0

les maths et les économies à la PS. On rajoute 9 ministres (25 à 34!) donc +9 ministres délégués+ 9 sous-ministres+9 chefs de commissions = 36 "gros salaires" supplémentaires! Les 30% de salaire en moins des ministres ne vont pas suffir à couvrir 36 salaires supplémentaires, sans compter les 36 bureaux, les 36 secrétaires, les 36 logements parisiens, les défraiements etc de ce "personnel supplémen Répondre