ACCUEIL 23.10.2014 Mis à jour à 03h12

Messe poignante à Louvain pour sept jeunes victimes

Accident de car de Sierre

La cérémonie funèbre a eu lieu en l'église de Louvain (Belgique). Avec le conseiller fédéral Didier Burkhalter, des représentants du canton du Valais étaient également présents comme la vieille à Lommel.

Mis à jour le 22.03.2012

1/12 La ville belge de Louvain a rendu hommage jeudi aux sept enfants d'une école primaire des environs, à Heverlee, morts la semaine dernière dans un d'accident d'autocar en Suisse qui a fait au total 28 morts dont 22 enfants.
Image: Reuters

   

Louvain, ville universitaire du centre de la Belgique, a rendu hommage jeudi aux sept enfants d'une école primaire des environs, à Heverlee, morts la semaine dernière dans un d'accident d'autocar en Suisse qui a fait au total 28 morts dont 22 enfants.

Des milliers de personnes, attristées et silencieuses, étaient rassemblées, sous un doux soleil printanier, sur le parvis de l'église catholique Saint-Pierre, la plus vieille de Louvain, où étaient réunis les familles des victimes, des amis ainsi notamment que le roi des Belges, Albert II et la reine Paola, le premier ministre belge Elio Di Rupo et de nombreux membres de son gouvernement.

Burkhalter et une délégation valaisanne présents

Parmi les personnalités, le prince héritier des Pays-Bas, Willem-Alexander et la princesse Maxima, le premier ministre néerlandais Mark Rutte, ont participé à la cérémonie. Six enfants néerlandais ont perdu la vie dans l'accident.

Le chef du Département des Affaires étrangères Didier Burkhalter et une délégation du Valais suisse, composée notamment de représentants des services ayant apporté une aide aux victimes après l'accident, étaient également présentes.

La délégation valaisanne était composée du président du Conseil d'Etat valaisan Jacques Melly et de la vice-présidente Esther Waeber- Kalbermatten. De même, le commandant de la police cantonale Christian Varone et le président de l'association valaisanne des ambulanciers Alain Rittiner étaient sur place.

Deux écrans géants retransmettaient la cérémonie à l'extérieur pour la foule retenue derrière des barrières métalliques.

Dans l'église et au dehors, des gerbes et des bouquets de fleurs blanches et jaunes, des lys et des roses, étaient amassés.

Messe de funérailles

A partir de 10h15, tandis que sonnait le glas, des soldats belges en uniforme ont gravi les marches de l'église pour y apporter les cercueils de bois blanc et les déposer sur des catafalques dressés les uns à côté des autres.

Derrière chaque cercueil était disposées les photographies des sept enfants disparus: Sebastian, Clara, Bavo, Sarah, Victor, Sonya et Joaquim, âgés de 11 ou 12 ans.

Les deux adultes qui accompagnaient ces enfants aux sports d'hiver, leur instituteur, "Meester Frank", et Monique, une femme qui venait avec eux chaque année en classe de neige, devaient être inhumés dans l'intimité.

Contrairement à Lommel (nord-est) qui avait choisi mercredi de rendre un hommage laïc aux 17 personnes dont 15 enfants morts également dans l'accident, c'est une messe de funérailles traditionnelle, sans discours, sans présentateur, sans musiciens qui s'est déroulée à Louvain.

Seule une chorale, un organiste et des flûtistes ont accompagné le déroulement de la messe.

L'école primaire Sint-Lambertus de Heverlee que fréquentaient les sept enfants disparus est un établissement géré par l'enseignement catholique flamand.

Au tout début de la cérémonie, des enfants rescapés, certains transportés sur des fauteuils, sont venus déposer des bougies sur le cercueil de leurs camarades avant de lire une courte histoire sur le deuil et la séparation.

"Ils sont proches de Dieu"

"Nous ne verrons plus jamais nos enfants (...) Nous avons simplement cette croyance qu'ils sont proches de Dieu", a dit dans une courte homélie l'aumonier de l'école primaire, le père Dirk De Gendt.

Parents ou proches des enfants disparus ont évoqué, la voix parfois brisée par le chagrin, le souvenir de leurs petits. "Le jour de l'accident était celui de ton anniversaire. Tes cadeaux étaient déjà prêts et posés sur la table...", a raconté, les larmes aux yeux, la maman de Clara, 12 ans. "Je t'aime, je t'aime tant...", a dit, effondrée et la voix rendue inaudible par les larmes, la maman de Sonya.

Tandis que se déroulait la cérémonie, le porte-parole du ministère belge de la Santé, Jan Eyckmans, annonçait que les trois fillettes toujours hospitalisées en Suisse seraient rapatriées dans la journée en Belgique.

L'accident d'autocar, survenu le 13 mars, dans un tunnel du Valais a provoqué une onde de choc en Belgique et rassemblé les Belges au-delà de leurs différences politiques et linguistiques. (ats / afp/Newsnet)

Créé: 22.03.2012, 11h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Coincé dans un aéroport, comment comblez-vous l'attente d'un vol retardé?








Sondage

Cinq ans ferme pour meurtre par négligence, la sentence qui frappe Oscar Pistorius vous semble...