ACCUEIL 24.5.2016 Mis à jour à 17h15

Sarkozy dévoile son projet en vue de l'Elysée

Présidentielle française

L'ex-président, de plus en plus contesté dans son camp, a présenté son «projet collectif» pour isoler ses rivaux.

Mis à jour le 14.02.2016 6 Commentaires
Nicolas Sarkozy a exposé dimanche ses principaux credos, sans mesures nouvelles.

Nicolas Sarkozy a exposé dimanche ses principaux credos, sans mesures nouvelles.
Image: AFP

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Nicolas Sarkozy, confronté à une adversité grandissante dans son camp, a présenté dimanche les lignes de force, très à droite, de son projet présidentiel. Il entend en imposer la légitimité «démocratique» à ses rivaux pour la primaire de novembre.

Le président des Républicains a eu beau jeu de se poser en garant du «rassemblement» alors que ses principaux adversaires, Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire, avaient choisi de se manifester par leur absence au dernier jour du Conseil national du parti, après une apparition samedi.

L'unité de la «famille» était de tous les discours, mais les attaques cinglantes ou voilées ont de nouveau révélé l'état de tension du parti à l'approche de la primaire. Les rumeurs d'une entrée en lice de Jean-François Copé, dont les relations avec Nicolas Sarkozy se sont dégradées depuis les premiers remous de l'affaire Bygmalion, ajoutaient à la tiédeur de l'atmosphère.

Juppé interpellé à mots couverts

Laurent Wauquiez, numéro deux du parti et tenant d'une ligne droitière, a interpellé à mots couverts Alain Juppé, au zénith dans les sondages, sur son projet jugé par trop modéré.

Si la droite devient «une pâle copie de la gauche », a-t-il déclaré, «ce chemin n'amènera que de nouvelles trahisons ».

Pas de nouvelles mesures

Les propositions de Nicolas Sarkozy traçaient la même ligne, déjà esquissée par les conventions thématiques du parti et le livre de l'ancien président. «Les Républicains veulent être le parti de la Nation française», a-t-il dit.

Retour de l'ordre républicain, refondation du modèle social, «baisse massive des charges» pour les entreprises, fin de la «fiscalité confiscatoire», «extinction des régimes spéciaux de retraite», rétablissement des peines planchers, «neutralité religieuse» dans les lieux publics et l'entreprise : Nicolas Sarkozy a exposé ses principaux credos, sans mesures nouvelles.

«Respect de l'identité nationale»

Réaffirmant son refus de tout accord avec le FN, il a plaidé pour le «respect de l'identité nationale» face à l'immigration. «Les racines chrétiennes de la France ne sont pas un obstacle à l'assimilation» mais elles ne doivent pas être «victimes d'une immigration sans limite ou d'un communautarisme qui n'a pas sa place dans la République», a-t-il dit.

Ce texte sera transmis lundi aux fédérations, qui auront le loisir de l'amender. Le projet révisé sera ensuite soumis en mars au bureau politique, qui pourra à son tour le modifier. Il sera tranché in fine par un vote des militants en avril.

«C'est un choix sans retour pour nous», a martelé le président de LR, comme un défi à ses rivaux qui ont d'ores et déjà prévenu qu'ils ne s'estimaient pas liés par ce corpus. (ats/nxp)

Créé: 14.02.2016, 16h18

6

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

6 Commentaires

Hubert Giot

14.02.2016, 17:04 Heures

moi, président, bla bla bla bla ..... Répondre


Kappa Gohan

14.02.2016, 17:15 Heures

Celui là pas besoin de le jet aux orties il va y aller tout seul. Le problème est: y a t'il un politicien honorable dans la salle ? Répondre



Sondage

Croyez-vous aux OVNI?




Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne