ACCUEIL 19.4.2014 Mis à jour à 21h08

Sarkozy et Hollande répondent à la lettre du centriste Bayrou

Présidentielle française

Les deux candidats à l'élection présidentielle française Nicolas Sarkozy et François Hollande ont répondu vendredi au centriste François Bayrou, pour tenter d'obtenir son soutien.

Mis à jour le 28.04.2012 10 Commentaires
Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tenté de convaincre par écrit François Bayrou. Ce dernier devrait donner sa consigne de vote le 3 mai.

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tenté de convaincre par écrit François Bayrou. Ce dernier devrait donner sa consigne de vote le 3 mai.
Image: AFP

Galerie Photos

Tous béats devant Hollande et Sarkozy

Tous béats devant Hollande et Sarkozy
Les bains de foule sont l'occasion pour les Français de voir leur candidat en chair et en os. Un moment de ferveur qui déchaîne les passions et donne lieu à des situations cocasses.

Articles en relation

Partager & Commenter

Le président sortant à répondu dans une lettre de sept pages, le socialiste sur deux pages. Les deux candidats qualifiés pour le second tour ont notamment souligné le sérieux et la précision de leur programme budgétaire respectif. La lettre du candidat UMP a été rendue public vendredi en soirée, celle du candidat PS samedi.

François Bayrou donnera sa consigne de vote le 3 mai sans doute. Le président du MoDem a précisé qu'il jugerait leur «attitude personnelle» autant que leurs programmes.

Dans sa lettre au candidat du MoDem du premier tour, Nicolas Sarkozy évoque le «chiffrage extrêmement précis et rigoureux» de son projet, au contraire du candidat Hollande qui, selon lui, «ne propose aucune mesure de réduction» des déficits. «Il prévoit le retour à l'équilibre des finances publiques en 2016», rappelle le président-candidat de l'UMP dans ce courrier.

«Produire en France»

«Je note que le candidat socialiste, pour sa part, ne propose aucune mesure de réduction des dépenses publiques. Au contraire, il les alourdit, décale à 2017 le retour à l'équilibre», poursuit-il à l'adresse de François Bayrou (9,13% le 22 avril) qui avait fait de la lutte contre l'endettement un objectif prioritaire.

Nicolas Sarkozy explique aussi, sur un thème cher au leader centriste, qu'une «importante modernisation» des institutions a été entreprise depuis 2007, avec une «exigence d'exemplarité». «Cela ne nous dispense évidemment pas d'aller plus loin», souligne-t-il, citant sa volonté d'interdire le cumul d'une fonction ministérielle avec un mandat exécutif local et de réduire le nombre de parlementaires.

Sur le «produire en France», au cœur du projet du patron du MoDem, Nicolas Sarkozy assure partager la préoccupation que la France demeure «une grande terre de production». Le déclin de l'emploi industriel a été «enrayé», assure-t-il, mais «il faut maintenant aller plus loin». Il évoque notamment le projet de «TVA antidélocalisations».

Mise en doute

Dans une lettre de deux pages rendue publique samedi, François Hollande insiste aussi sur «le sérieux budgétaire» de son programme. Il promet que «tout sera fait pour relancer notre industrie et permettre de produire en France».

«Le sérieux budgétaire, Il est le premier moyen, pour rétablir l'équilibre des comptes publics», écrit le candidat socialiste. Le candidat MoDem avait mis en doute la capacité de François Hollande à rétablir les comptes publics.

Le socialiste souligne qu'en «5 ans, la dette de la France s'est accrue de 600 milliards d'euros et atteint désormais presque 90% du PIB», promet de «ramener l'équilibre budgétaire à la fin du quinquennat, en 2017». Il explique qu'«à cette fin, il fera voter dès cet été par le Parlement une loi organique sur les finances publiques», alors que François Bayrou plaide pour une «règle d'or» d'équilibre des finances publiques inscrite dans la Constitution.

«Tout sera fait pour relancer notre industrie et permettre de produire en France», promet-il en outre, en détaillant les mécanismes devant empêcher les délocalisations. Le tout sera «rassemblé dans une grande loi sur le développement économique».

(ats/Newsnet)

Créé: 28.04.2012, 12h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

Dani Le Rouge

28.04.2012, 17:41 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

En draguant ignominieusement à l'extrême droite, Sarkozy perd les électeurs modérés, et augmente encore les reports de voix de l'extrême gauche. Il finira encore plus bas dans une semaine. Conclusion: se prostituer dans le seul but de conserver le pouvoir à des fins personnelles et claniques est contre-productif. Honte à tous les hommes de droite sans aucun courage (sauf D. De Villepin et d'autres Répondre


Gav roche

28.04.2012, 17:35 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Sarkozy, complètement envoûté par Buisson au point de ne plus rien voir ni comprendre est lâché par les troupes de la droite traditionnelle... Son attitude "à droite toute" va le conduire à un score tellement bas que les législatives vont être un raz de marée pour la gauche. Il s'est fait totalement posséder par l'extrême droite, lui le "stratège électoral". Répondre